Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur








Actualités municipales









Site des Communes voisines




Les petits plus



Dimanche pluvieux, dimanche heureux à Itajaï pour l'ensemble du Team Picoty Lac de Vassivière qui a eu le plaisir d'accueillir Jean-Christophe et Aymeric, magnifiques 5e de cette Transat Jacques Vabre !


Transat Jacques Vabre : une 5e place de haute lutte et largement méritée
De l'avis de tous les coureurs, cette longue difficile transat de 5 400 milles (10 000 km) a été d'une rare intensité. Comme toujours, les yeux des marins pétillent lorsqu'ils posent pied-à-terre, mais la fatigue est bel et bien marquée sur ces visages heureux d'être arrivés au bout, et à une place d'honneur pour le duo Picoty Lac de Vassivière !

Il pleut sur Itajaï, mais c'est de saison et cela n'empêche pas les sourires d'être aussi radieux qu'ils peuvent l'être sur le ponton brésilien des Class40 de la Transat Jacques Vabre.

À 13h 41' 22'' ce dimanche, Jean-Christophe Caso et Aymeric Chappellier ont franchi la ligne d'arrivée en 5e position après une lutte non-stop de 22j 10h 26' 47''.

Premières impressions...

La course a été très intense : qu'est-ce qui a été le plus difficile ?

Jean-Christophe et Aymeric : « Chaque jour a eu son lot de surprises, bonnes ou mauvaises... Hier, par exemple, ça a encore été super tendu.

Le vent est rentré comme prévu dans l'après-midi et ça a continué à rentrer très fort jusqu'à 28 - 29 nœuds avec une mer super formée. Heureusement, il faisait encore jour... mais on s'est retrouvé cette fois encore aux limites du raisonnable... Tout ça avec un pompier à l'avant du bateau qui nous envoyait ça lance à incendie en pleine figure toute la nuit !

L'intensité et la difficulté de cette transat tiennent dans le fait que nous avons été tout le temps à fond, dans du vent fort, au portant : donc à des allures où il faut barrer en permanence.

Et lorsque cela semblait se calmer un peu, on se retrouvait dans des temps à grain, avec des claques, des rafales de 0 à 20 voire 30 nœuds et des bascules de 40 degrés... Il fallait donc enchainer les changements de voile en permanence. Et si tu n'étais pas dans la cadence, tu perdais des places !
»

Dix jours de duel avec SNCF Géodis : stimulant ou épuisant ?

JC et Aymeric : « Les deux ! Nous nous étions pas mal entraînés avec eux cette année, à Lorient. Nous avons chacun nos points forts et nos points faibles. C'était un jeu du chat et de la souris en fonction des conditions météo : certaines nous étaient plus favorables, d'autres les avantageaient. Ce qui est sûr, c'est que ça tire très sensiblement la performance vers le haut ! Tu es constamment obligé de remettre tes réglages, tes combinaisons de voile en cause. Et si tu fais une erreur, elle se voit tout de suite ! Au final, c'est hyper positif ! »

Tenir un tel rythme, pendant trois semaines : il y a de quoi se « mettre dans le rouge » ?

JC et Aymeric : « Cela dépendait des jours. Lorsqu'il y avait des grains, nous nous sommes souvent mis dans le rouge pour assurer tous les changements de voiles nécessaires, mais nous nous sommes toujours arrangés pour nous reposer ensuite. Avant le pot au noir, nous avions anticipé cela : nous nous étions bien reposés et cela nous a permis de bien tenir le coup (JC et Aymeric avait remonté 3 places en 12 heures ! ndlr) ! »

La gestion du matériel était une clé majeure de réussite sur cette course, comment l'avez-vous appréhendé ?

JC et Aymeric : « Nous nous étions fixé des limites, notamment pour l'utilisation du grand spi, et nous nous y sommes tenus, quitte à perdre quelques places au début... mais au final nous n'avons eu que de petits bobos et cela nous a permis de tenir le rythme jusqu'au bout ! Bon, il faut reconnaître qu'au fur et à mesure de la course, ces limites ont été peu à peu repoussées : 23 nœuds maximum pour le grand spi en début de transat et 28 à 29 nœuds à la fin ! Globalement, même si nous n'avons rien cassé d'important, nous avons beaucoup tiré sur le bateau. »

Le duo a bien fonctionné ?

JC et Aymeric : « Nous avons pris soin l'un de l'autre !... Mais au final, nous ne nous sommes pas beaucoup vus ! Nous avons pu prendre quelques cafés ensemble, mais jamais un seul repas ! »

Et Koly, la mascotte du bord, représentant l'association Aïna, elle vous a aidé ?

JC et Aymeric : « Koly, et tous les enfants de l'association Aïna ont toujours été avec nous. Nous avons pensé très fort à eux et leur soutien nous a boostés dans les moments difficiles. Cela nous a fait un bien fou de nous savoir soutenu par eux, et par tout le Team Picoty Lac de Vassivière ! »

Le duo Picoty Lac de Vassivière est arrivé en 5e position des Class40 de la Transat Jacques Vabre, ce dimanche à 12h 41' 22'' (heure française) à Itajaí au Brésil, soit 1j 12h 45' 22'' après le vainqueur GDF SUEZ. Leur temps de course : 22j 10h 26' 47''. Leur vitesse moyenne sur le parcours théorique de 5 450 milles depuis Le Havre a été de 10,03 nœuds. Ils ont parcouru 5 637 milles sur l'eau à la vitesse moyenne de 10,47 nœuds.

Retour sur la course

7 novembre

Dans le gris, sous une bruine persistante et de très petits airs, les concurrents de la Transat Jacques Vabre se sont élancés, tout en douceur vers 13h... Mais doucement ne veut pas dire facilement. Entre courants, effets de côtes, renverses de marée, la stratégie était au cœur de ces toutes premières heures de course et Jean-Christophe et Aymeric ont parfaitement su tirer leur épingle de ce jeu compliqué.

8 novembre

Le duo du Team Groupe Picoty est arrivé à Roscoff en 8e position à l'issue d'un peu plus de 24h d'une course très disputée : une belle mise en jambe qui donne confiance ! La flotte des Class40 a été neutralisée 24h dans le port breton, le temps de laisser passer une grosse dépression dans le golfe de Gascogne.

11 novembre

Un peu plus de 24h après leur (deuxième) départ de Roscoff, la régate océanique bat son plein au cœur du golfe de Gascogne. Jean-Christophe et Aymeric sont 10e, en route directe vers le cap Finisterre, à 9 - 10 nœuds, ils bataillent avec un groupe de trois à quatre bateaux.

13 novembre

Un coup de vent a cueilli les Class40 au large du Cap Finisterre dans une mer particulièrement dangereuse pour les bateaux. De nombreuses avaries sont à déplorer, avec quelques abandons à la clé. Le duo Picoty Lac de Vassivière s'en sort très bien, sans dégât majeur et toujours dans le top ten.

15 novembre

Au large de Madère, les conditions s'améliorent doucement, mais sûrement pour le Team Picoty Lac de Vassivière. Jean-Christophe et Aymeric ont réussi à préserver tout le potentiel de leur bateau, et de l'équipage. Ils pointent à une jolie 9e place ce matin et, dans des conditions météo enfin maniables, ils se relaient sans cesse à la barre pour tirer le meilleur de leur bateau.

19 novembre

À mi-parcours de cette Transat Jacques Vabre 2013, Jean-Christophe Caso et Aymeric Chappellier réalisent une belle trajectoire, leur stratégie les hisse même aujourd'hui en 8e position alors qu'ils sont à la bagarre avec des bateaux un peu plus récents que le leur. Devant leur étrave, le Pot au Noir pointe ses grains orageux : un passage délicat où tout peut arriver...

22 novembre

Très belle nuit pour le duo Picoty Lac de Vassivière ! En une douzaine d'heures, Jean-Christophe Caso et Aymeric Chappellier on remonté trois places. Ils sont quatrièmes et ont réussi à sortir rapidement du pot au noir.

Une nouvelle phase de la course vient de débuter : au coude à coude avec SNCF - Geodis et pourchassés par des équipages pointus à bord de bateaux récents, Jean-Christophe et Aymeric vont devoir redoubler d'énergie pour tenir tête à leurs assaillants.

25 novembre

Quelle lutte ! Après 17 jours et 17 nuits de course, la régate océanique de cette Transat Jacques Vabre n'a pas perdu de son intensité, loin de là ! Depuis qu'ils se sont hissés dans le top 5, Jean-Christophe Caso et Aymeric Chappellier naviguent au coude à coude avec la paire Tripon/Amédéo : une sacrée stimulation qui pousse les marins à chercher encore plus loin la performance. À la mi-journée, ce lundi, le duo Picoty Lac de Vassivière pointe en 5e position : ces derniers jours de course s'annoncent particulièrement intenses.

28 novembre

Guerre des manœuvres, le long des côtes brésiliennes, dans les grains et les rafales qui vont avec. Guerre des nerfs, dans la pétole qui piège aléatoirement les concurrents. Jean-Christophe et Aymeric ne se ménagent pas ! Ils continuent de donner le maximum, dans toutes les conditions pour préserver leur belle place de 5e.

Rédigé par Les Sables d'Olonne Info le Dimanche 1 Décembre 2013 à 16:10 Facebook Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest
Commentaires (0) Les Sables d'Olonne Info
Vous pouvez envoyer vos communiqués de presse par mail : Lesablesinfo@aol.fr















Politique



La Chaine Parlementaire (LCP), Live TNT par LCP

France

Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile


pub