Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur








Actualités municipales









Site des Communes voisines




Les petits plus



Photo : Christophe Breschi
Photo : Christophe Breschi
Le contournement du cap Finisterre est maintenant derrière la flotte. Et tous les tandems semblent d’accord sur l’impératif stratégique du moment, gagner dans le sud de manière à anticiper la rotation progressive des vents au secteur nord, en même temps que leur essoufflement. Cette navigation sur la même route permet de dresser une première hiérarchie : en tête, les deux favoris attendus sont talonnés par un outsider que peu d’observateurs auraient imaginé à pareille fête avant le départ.

Jörg Riechers et Sébastien Audigane (Mare) ressentent sûrement les effets des nombreuses navigations communes de l’hiver dernier qui les ont aidés à maintenir la cadence dans la brise et à rester au contact de Sébastien Rogues et d’Armel Tripon (GDF SUEZ). Que l’on retrouve ces deux équipages aux avant-postes n’est pas vraiment une surprise. Ils disposent de bateaux de dernière génération parfaitement préparés et possèdent un indéniable talent. En revanche, la troisième place de Catherine Pourre et Goulven Royer (Eärwen) est le signe d’une navigation au cordeau où l’équipage a certainement dû s’arracher pour tirer le meilleur de sa machine. Sans faire trop de bruit, ce tandem pointe à nouveau aux places d’honneur comme en cette année 2013, ou Eärwen s’est classé 4e de l’Armen Race et du Grand Prix Guyader. En 2012, le même tandem avait terminé 5e d’une Normandy Channel Race particulièrement exigeante.

Groupe de chasse en rangs serrés

Une vingtaine de milles derrière ce trio, Halvard Mabire et Miranda Merron (Campagne de France) emmènent un peloton groupé où du 5e Red (Mathias Blumencron - Axel Strauss) au 13e BET1128 (Gaetano Mura – Samuel Manuard) tout peut rapidement changer, compte tenu de la faiblesse des écarts entre les équipages. Jusqu’aux Açores, la question majeure va être d’empanner dans le bon timing de manière à essayer d’avoir la trajectoire la plus fluide possible jusqu’aux abords de l’archipel. Ensuite, commencera à partir de mardi un autre sport qui consistera à être le plus opportuniste possible pour parvenir à avancer vers Horta sans encombre. Et les éditions l’ont déjà démontré : tout ce qui a été échafaudé patiemment entre les côtes de Vendée et les Açores peut parfois se déconstruire en quelques heures. Jörg Riechers le sait bien, lui qui a vu en 2011 l’avance qu’il avait prise disparaître en une nuit dans le canal entre les îles de Sao George et Pico. Chat échaudé craint l’eau froide et l’on imagine bien que le coureur allemand a retenu la leçon. Mais pour le groupe des poursuivants, ces airs incertains entretiennent leurs espérances.

Ils ont dit :

Catherine Pourre (Eärwen)

« On vient de passer sous grand spi. On a eu une bonne surprise en croisant derrière GDF SUEZ. On a encore 20 à 25 nœuds et ça continue de pulser. Pour l’instant on reste comme on est, on ne fait pas de plans sur la comète. On est content, on a plutôt bien navigué, essayé de bien se poser tactiquement. On est content, mais on oublie qu’on est souvent aux avant-postes. Pour l’instant cette place, c’est bien, mais il reste encore de la route. Tant qu’on n’a pas passé la ligne, ce n’est pas fini. »

Christophe Coatnoan (Partouche)

« On attend avec impatience le prochain classement pour voir comment on croise par rapport au petit groupe qui est passé près du cap Finisterre. On a préféré jouer la rotation du vent plutôt que d’aller chercher plus de pression. J’ai l’impression que les deux options ont été équivalentes. On regarde la météo à trois jours, mais ça a l’air assez compliqué, l’arrivée sur les Açores. »

Victorien Erussard (Solidaires en Peloton)

« Il a fallu apprivoiser le bateau. On est plus habitué au multicoque. On était tout feu tout flamme la première nuit, on a sûrement fait trop de changements de voile et on s’est rendu compte qu’il fallait peut-être temporiser plus qu’on ne le faisait. Là, ça va mieux, on commence à trouver notre bonne vitesse. On vient de doubler Picoty et on va maintenant essayer d’attaquer Phoenix Europe Carac.»

Sébastien Rogues (GDF SUEZ)

« Tout va bien. On fait aller vers Horta, et on attend de savoir à quelle sauce on va être mangés en arrivant sur l’archipel. Avec Catherine et Jörg, on se tire bien la bourre. C’est bien, ça nous oblige à aller vite. Aujourd’hui, je pense que pas grand monde n’est capable de dire comment il va attaquer les Açores. On s’est fixé comme ligne de conduite d’essayer de s’en approcher par l’est. Ensuite on verra en fonction des opportunités


Positions à 16 heures (TU +2)

1 GDF SUEZ, Sébastien Rogues – Armel Tripon à 603,7 milles de l’arrivée

2 Mare, Jörg Riechers – Sébastien Audigane à 2,9 milles

3 Eärwen, Catherine Pourre – Goulven Royer à 3,5 milles

4 Campagne de France, Halvard Mabire – Miranda Merron à 18,6 milles

5 RED, Mathias Blumencron - Axel Strauss à 23,7 milles

6 Partouche, Christophe Coatnoan – François Coquerel à 25,8 milles

7 Phoenix Europe Carac, Louis Duc – Stéphanie Alran, à 27,6 milles

8 Solidaires en Peloton Victorien Erussard – Thibault Vauchel-Camus à 28,6 milles

9 Groupe Picoty, Jean-Christophe Caso – Aymeric Chappellier à 38,1 milles

10 Mr Bricolage, Damien Rousseau – Stéphane Le Diraison à 38,6 milles.


Rédigé par Les Sables d'Olonne Info le Dimanche 7 Juillet 2013 à 19:47 Facebook Twitter LinkedIn Google Viadeo Pinterest
Commentaires (0) Les Sables d'Olonne Info
Vous pouvez envoyer vos communiqués de presse par mail : Lesablesinfo@aol.fr


pub














Politique



La Chaine Parlementaire (LCP), Live TNT par LCP

France

Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile


pub