Connectez-vous S'inscrire

La chronique de Jean Louis Renaudin

L' œil "maraichin sur l'actualité



La chronique de Jean Louis Renaudin
C’est un temps de pluie et de vent, un temps de mer agitée et de nuages lourds. Tout est cependant magnifique : sous un ciel gris , une houle opalescente et un violent ressac brisant nos plages de Vendée. Et là ce n’est pas de la poésie que j’essaye de faire - non - des Sables d’Olonne à La baie de l'Aiguillon nos plages sont réellement brisées, réduite à leur portion congrue (la faute à Xynthia ? ou au réchauffement climatique?) . On renforce à la Tranche, on bêtonne à la Grière et à la Terrière pour protéger les villas et aux Sables, à marée haute, je marche dans l’eau au pied du remblai.
Où allons-nous étaler nos corps huileux cet été, où vont se poser les fesses de nos belles estivantes ?

Cette allusion aux appâts féminins provoque en moi certaines pulsions, et bien qu’à cette période de l’année rien ne viendra chambouler l'andropause qui me guette, de nouvelles perspectives me permettent d’envisager ces moments de disette sous les meilleurs auspices.

D’un jour à l’autre, je passe du triple A (évoqué dans les chroniques (2) au triple X (c’est la magie de l’actualité)

L'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l'organisme qui supervise l'adressage de l'internet, vient d’approuver les noms de domaines en .XXX. Ces domaines seront réservés aux sites pour adultes. Les sites sexuellement explicites seront encouragés à utiliser ces extensions, afin de faciliter le filtrage parental.
500.000 sites pornographiques devraient demander cette extension.
Le risque de normalisation de la pornographie est soi-disant contre balancé par le fait que l’on pourra mieux surveiller les sites pour adultes.
L’hiver sera moins froid...

Autre nouvelle (bonne ou mauvaise) :
Les députés relancent mardi le débat sur la prostitution, en se prononçant sur une résolution sur l'abolition présentée par la député PS Danielle Bousquet. Cette résolution, qui «réaffirme la position abolitionniste de la France en matière de prostitution» vise à «battre en brèche les idées reçues qui laissent accroire que sous prétexte que la prostitution serait "le plus vieux métier du monde", elle est une fatalité», expliquent ses auteurs Une proposition de loi sera déposée pour inscrire dans le code pénal «ce qui dans la résolution relève du domaine législatif», comme la pénalisation des clients.
Actuellement, recourir à une personne prostituée n'est pas un délit. Mais la mission parlementaire, a conclu au printemps que la pénalisation du client constituait “la meilleure piste pour voir diminuer la prostitution”.
Le Collectif «Droits et prostitution» affirme que face à la réduction du nombre de leurs clients, les prostituées seraient contraintes d'accepter des rapports non protégés. Il distingue la prostitution librement consentie et la traite des être humains par des réseaux mafieux -qu'il dénonce-, et demande plutôt de «véritables droits» pour les prostituées.

J’en parle mais l’on ne se sent pas directement concerné (encore un truc qui fait une sacrée différence avec la “ville”). Je n’ai pas constaté de racolage sur les périfs de La Roche ou des Sables, encore moins à la sortie de Luçon ou de Fontenay - peut-être que quelques camionnettes aménagées, posées sur les aires de repos ont échappé à ma vigilance (je suis là depuis peu, je vais faire plus attention...)
Par contre j’ai ouïe dire qu’il existe une forme de don de soi rémunéré qui relève plus de “l’aide aux personnes en difficulté financière” que de la prostitution. Là je n’ai pas eu à chercher bien loin. En fait, certaines personnes (étudiantes désœuvrées, retraitées bien conservées, mères au foyer dépensières, célibataires nécessiteuses...) s’adonnent au plaisir de la chair contre quelques dizaines d’euros pour faire la fête, payer les tuiles pour refaire le toit ou s’offrir un nouveau sac à main ; parfois simplement pour manger... Cela se sait mais reste extrêmement discret, entre gens de bonne compagnie, derrière les murs en pierre de nos austères demeures. Les comportements estivaux sont d’une autre nature... mais là je n’ai pas assez approfondi la question sur le terrain.




Jeudi 8 Décembre 2011
Jean-Louis Renaudin
Lu 513 fois

Actualités | L'actualité des banques | La vie des entreprises vendéennes | Les chiffres de l'économie | Emploi | Immobilier | Palmares | Bilans | Tendances | Carrières | Patrimoine | Salons | Investir | Enjeux | Agriculture