Connectez-vous S'inscrire

A l'ouest du Cap Finistère

Les conditions météorologiques sont redevenues maniables sur la zone de course après les conditions déplorables de la journée du lundi 10 novembre. Au large du Cap Finisterre, Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) et Loïck Peyron (Gitana Eighty) à la barre de leurs deux sisterships font des chassés-croisés en tête de la flotte. Marc Thiercelin (DCNS) et Kito de Pavant (Groupe Bel), après avoir démâté ont signifié leur abandon à la direction de course. La flotte déboule maintenant sous spi au large des côtes de la Galice.



A l'ouest du Cap Finistère
Premier rayon de soleil depuis les Sables d'Olonne : les soutiers du Vendée Globe sont sortis de la mine et peuvent enfin prendre l'air. Tous l'avouent : le fort coup de vent qui a secoué la flotte n'a pas ménagé les organismes et généré pas mal de stress. Les démâtages de Kito de Pavant de Pavant, de Marc Thiercelin ou de Yannick Bestaven sont dans les esprits de tous : il a suffi d'une vague plus creuse que les autres, d'un choc plus violent pour que leurs espoirs s'écroulent d'un coup. Et bien des concurrents joints à la vacation ce matin, reconnaissaient ne pas faire plus que ça les fiers à bras. Pour l'heure six concurrents se tiennent en moins de 13 milles. Armel Le Cléac'h sur Brit Air, ferme la marche de ce petit groupe emmené d'un train gaillard, tour à tour par Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron. Les deux compères ne doivent pas être mécontents de leur coup, eux qui ont travaillé en étroite symbiose pour produire deux bateaux quasiment identiques, hormis quelques détails qui ne sont que le reflet de la personnalité de chacun. Une méthode efficace si l'on en juge : " JP " comme on l'appelle vainqueur de la Barcelona World Race, Loïck qui accroche à son palmarès toutes les courses en solitaire depuis décembre 2007 et les deux qui s'emparent de la tête de flotte du Vendée Globe ; on serait bienheureux à moins…

Retours au port : pas si exceptionnels
Ils sont finalement neuf à avoir du quitter la course, pour certains provisoirement. La soudaineté du coup de vent et la proximité du port des Sables d'Olonne ont forcément incité plusieurs concurrents à revenir au port. Dominique Wavre (Temenos 2) et Michel Desjoyeaux (Foncia) ont ainsi préféré assurer leurs arrières plutôt que de se voir handicapés durant un tour du monde complet par des problèmes électriques récurrents. De même Derek Hatfield (Algimouss-Spirit of Canada) ou Jean-Baptiste Dejeanty (Groupe Maisonneuve) espèrent vivement que leur arrêt aux Sables d'Olonne ne durera que le temps d'une réparation éclair. D'autres éditions du Vendée Globe ont connu aussi un nombre important de retour au stand, notamment celle de 1992 qui voyait monter sur le podium final deux des concurrents qui étaient rentrés au port. Comme quoi, rien n'est perdu. Il reste, qu'au vu des prévisions météorologiques, les retardataires devraient, tout au moins dans un premier temps, voir leur retard s'accentuer. La sortie du Golfe de Gascogne devrait se faire sur un long bord de près dans des vents médiums à assez faibles pendant que la tête de flotte devrait débouler à près de quinze nœuds dans un flux de nord soutenu. Ce qui pourrait engendrer un débours de près de 400 milles à la sortie du Golfe de Gascogne pour Michel Desjoyeaux à la hauteur du Cap Finisterre.


Fin de partie
Pour certains le Vendée Globe s'est arrêté prématurément. Kito de Pavant, à bord de Groupe Bel, ne pouvait cacher sa détresse, tout comme Marc Thiercelin le skipper de DCNS. Marc savait qu'il était à court de préparation et sa déception est sûrement compensée par le projet " DCNS 1000 talents " qui va mettre le pied à l'étrier à Christopher Pratt dès la prochaine Transat Jacques Vabre. Pour Kito, c'est l'aboutissement de plus de deux ans de travail qui est réduit à néant. Le navigateur de la Grande Motte avait tellement à cœur de prouver que son projet était bien né et qu'il avait l'étoffe de ceux qui ont marqué l'historie de la course que la déception est immense… Sa détresse était perceptible et sa faconde risque bien de manquer sur les ondes. Autre navigateur en grande difficulté, Yannick Bestaven à bord d'Aquarelle.com. Yannick avait inscrit une vraie cohérence dans ce projet de refonte du bateau d'Yves Parlier, voulant faire de son bateau, un précurseur de ce que pourraient être, en matière de consommation d'énergie, les voiliers hauturiers de demain. Lâché par son premier partenaire à quelques encablures du départ, il avait su forcé le destin et obtenu le soutien d'Aquarelle.com pour aller au bout de ses rêves. Le Golfe de Gascogne en a décidé autrement. La mer est parfois sacrément chienne.


Jean-Pierre Dick : « Je suis en tête !* C'est une bonne nouvelle… J'ai dû avoir plus de vent au large ces dernières heures. Je me suis défoncé cette nuit pour faire avancer Paprec-Virbac 2 car j'ai été malade pendant 36 heures. J'ai vomi tout ce que j'avais dans le bide. Cela ne m'était jamais arrivé ! La traversée du golfe de Gascogne a été très violente. Le pire a été le passage du front : c'était dantesque ! Il y avait énormément de mer. C'était l'enfer ! " * Propos recueillis à l'issue du classement de 11h. »

Vincent Riou : « On avance entre 12 et 14 nœuds au portant depuis ce matin en bordure de l'anticyclone, au large des côtes espagnoles. C'est super de se retrouver dans ces conditions, on reprend goût à la vie. J'ai fait mon premier vrai repas depuis tout à l'heure… Je n'ai pas l'impression que ça va beaucoup creuser entre le groupe de tête et ceux qui suivent. Durant 24 heures, ca va être sur le même bord. Ensuite il sera temps d'empanner bâbord amure pour aller vers les premières îles. »

Samantha Davies : « C'était plutôt sauvage là bas hier. J'ai observé des pointes de vent à 55 noeuds et les vagues étaient ENORMES. J'étais en configuration de vent fort la plupart du temps et Roxy naviguait sous pilote tandis que je m'accrochais à la table à carte. C'était dingue. Le front est passé en début de nuit avec une grosse bascule de vent très bienvenue : je fonçais en effet directement sur la trajectoire d'un gros bateau. C'est passé vraiment près puisque malgré une visibilité quasi nulle, je pouvais le distinguer clairement ; j'ai même dû virer de bord en catastrophe pour l'éviter. »

Classement à 16h (TU + 1) :
1- Loïck Peyron (Gitana Eighty) à 23 197 milles de l'arrivée
2- Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) à 1,5 milles du premier
3- Roland Jourdain (Véolia) à 3,1 milles du premier
4- Vincent Riou (PRB) à 7,7milles du premier
5- Sébastien Josse (BT) à 12 milles du premier


Mardi 11 Novembre 2008 - 18:03
Photo : Jean-Claude Raveneau

Lu 640 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017