Connectez-vous S'inscrire

Loïck Peyron continue d'appuyer sur l'accélérateur et rappelle une fois de plus qu'il mène ce Vendée Globe en patron.

La descente de l'Atlantique Sud n'est pas une partie de plaisir. Les variations de vent dans une mer agitée obligent à déplacer régulièrement les masses à l'intérieur du bateau. Plusieurs centaines de kilos de voiles et de sacs à transbahuter de l'avant vers l'arrière et inversement. Le classement semble figé. Mais chaque nuit, Loïck Peyron enfonce un peu plus le clou sur ses adversaires.



Autres articles
Photo : Didier Lefèvre http://vendee.globe.photos.free.fr
Photo : Didier Lefèvre http://vendee.globe.photos.free.fr
Solide comme le granit, Loïck Peyron (Gitana Eighty) n'en finit plus d'éclairer ce Vendée Globe de son talent et de sa régularité. Cela fait plus de douze jours maintenant qu'il mène la flotte. Psychologiquement, être en tête n'est pas forcément reposant. Le chef de file montre la voie, celle à prendre ou à ne pas prendre. A la moindre approximation, la meute n'en fera qu'une bouchée. Certains skippers ne se cachent pas qu'ils préfèrent rester en retrait, pas loin derrière évidemment, mais dans une position d'observateur attentiste. Car l'important, comme dans toutes courses, est la ligne d'arrivée. Peu importe que quelqu'un mène les trois quarts du temps s'il se fait doubler juste à la fin. Avec l'expérience de 30 ans de course au large, Loïck Peyron a appris à gérer cette pression. Il sait même l'inverser lorsque, chaque nuit, il grappille quelques milles sur ses adversaires. A l'exception de Sébastien Josse (BT), 2e, et Mike Golding (Ecover), 6e, tous ses poursuivants directs du groupe tête ont perdu une quinzaine de milles dans la nuit sur le leader. 16 nœuds de moyenne pour Peyron sur la dernière heure, contre 13 à 15 pour ses poursuivants. En période de nouvelle lune, les nuits sont noires. Dans cette obscurité totale, sur une mer mal pavée, Loïck Peyron continue d'appuyer sur l'accélérateur et rappelle une fois de plus qu'il mène ce Vendée Globe en patron.

Derrière Peyron, les places ne varient guère depuis lundi soir. Seuls Armel Le Cléac'h (Brit Air), Vincent Riou (PRB) et Mike Golding se tiennent en moins de 6 milles et peuvent s'échanger leurs places de 4e, 5e et 6e à chaque classement. Quant à Jérémie Beyou (Delta Dore), il n'est plus qu'à 125 milles du port de Recife (Brésil) où il compte réparer ses barres de flèche cassées. Il devrait y arriver la nuit prochaine. Après une ascension dans son mât, il a pu constater qu'une pièce mécanique reliant la barre de flèche au mât était cassée. Reste à savoir s'il pourra la réparer sans assistance pour rester en course…

Classement à 5h00 :
1- Loïck Peyron (Gitana Eighty) à 20391 milles de l'arrivée
2- Sébastien Josse (BT) à 28,5 milles du premier
3- Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) à 53 milles
4- Armel Le Cléac'h (Brit Air) à 62,6 milles
5- Vincent Riou (PRB) à 66,7 milles

Mardi 25 Novembre 2008 - 11:50
Vendeeinfo

Lu 609 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017