Connectez-vous S'inscrire

Michel Desjoyeaux pense pouvoir passer la ligne entre samedi en début d'après-midi et dimanche après-midi. »

Sur les bancs d'école du Vendée Globe, c'est l'heure de la récréation. Vents réguliers modérés, mer plate, grand soleil, tel est le lot de la grande majorité des solitaires. Même le maître d'école Desjoyeaux s'octroie une petite pause : barrer en contemplant les étoiles, sortir un instant la tête des schémas météos les plus performants, laisser le bateau vivre à son rythme. Dans le grand préau de l'Atlantique, les élèves les plus studieux ont la tête à l'école buissonnière.






C'est parfois à quelques jours à peine de l'arrivée que surgissent des instants de grâce : au large de l'anticyclone des Açores, faces nord, ouest ou sud, les solitaires embarqués dans l'Atlantique nord s'offrent quelques heures de répit. Pour une fois, le bateau glisse sans à-coups, les réglages deviennent presque des évidences et pour quelques heures au moins, les casse-têtes stratégiques ont laissé la place au plaisir simple d'être en mer. Michel Desjoyeaux (Foncia), lui-même, s'est laissé aller à baguenauder le long de la bordure nord de l'anticyclone des Açores plutôt que de monter plein nord chercher les vents d'ouest forts qui lui promettaient une arrivée express sur les Sables d'Olonne. L'heure de la récréation est sacrée depuis des générations et le professeur démontre ainsi que la recherche du plaisir n'est pas incompatible avec le culte de la performance. C'est aussi le moment où l'on fait le vide, où l'on ne se préoccupe pas de savoir si l'on ne méritait pas d'être aussi premier de la classe. Pour Roland Jourdain (Veolia Environnement), comme pour Armel le Cléac'h (Brit Air), ce sont quelques unes des dernières heures à vivre en mer à son rythme avant de plonger, eux aussi, dans le maelstrom médiatique de l'arrivée.

Gendarmes et voleurs
Pour les élèves de l'Atlantique Sud, c'est encore les parties de gendarmes et voleurs qui ont la préférence. Entre Sam Davies (Roxy) et Marc Guillemot (Safran), le petit jeu du " à toi, à moi " continue. Marc qui avait repris l'avantage de belle manière sur sa condisciple britannique, a dû lui céder à nouveau la place de quatrième après une avarie de bastaque qui a handicapé sa marche dans les dernières vingt-quatre heures. Après consultation auprès de son équipe technique, le navigateur trinitain s'est assuré qu'il pouvait, au pire, naviguer aux allures portantes sans ce câble mobile qui retient le mât sur l'arrière. Au mieux, il lui suffira d'affaler la grand-voile et de faire passer la bastaque de l'autre bord par-dessus la grand-voile au deuxième ris. Pour Arnaud Boissières (Akena Vérandas), le petit jeu de poursuite risque de devenir un petit peu plus lassant : relégué à plus de 400 milles de ses deux camarades de jeu britanniques, Dee Caffari (Aviva) et Brian Thompson (Bahrain Team Pindar), il ne peut qu'espérer que la partie reprenne de son sel aux abords du pot-au-noir. Steve White (Toe in the water) et Rich Wilson (Great American III) espèrent bien profiter de la pause pour rejoindre la cour des grands mais le différentiel de milles qui les sépare d'Arnaud Boissières ne peut leur laisser beaucoup d'espoir. De l'autre côté du Cap Horn, Raphaël Dinelli (Fondation Ocean Vital) et Norbert Sedlacek (Nauticsport-Kapsch), les derniers élèves du Pacifique, cravachent du mieux qu'ils peuvent. Mais ils risquent bien de devoir faire quelques devoirs de vacances quand les autres auront déjà leur examen en poche.

Le classement de 16 heures le 25/01/09
1- Michel Desjoyeaux (Foncia) à 1586,3 milles de l'arrivée
2- Roland Jourdain (Veolia Environnement) à 558,2 milles du premier
3- Armel Le Cléac'h (Brit Air) à 1013,8 milles du premier
4- Sam Davies (Roxy) à 2056,6 milles du premier
5- Marc Guillemot (Safran) à 2106,4 milles du premier
6- Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) à 2420,8 milles du premier
7- Dee Caffari (Aviva) à 2563,3 milles du premier
8- Arnaud Boissières (Akena Vérandas) à 3011,5 milles du premier
9- Steve White (Toe in the water) à 3811,9 milles du premier
10- Rich Wilson (Great American III) à 5218,5 milles du premier
11- Norbert Sedlacek (Nauticsport-Kapsch) à 6910,9 milles du premier
12- Raphaël Dinelli (Fondation Océan Vital) à 7011,5 milles du premier

Mercredi 28 Janvier 2009 - 06:17
Jean-Claude Raveneau

Lu 305 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017 | La Golden Globe Race 2018