Connectez-vous S'inscrire

Fin du calvaire pour Eliès, début du Pacifique pour la tête de course

Happy end pour Yann Eliès efficacement secouru ce matin à 10h30 par la Marine australienne. Le skipper blessé est désormais à bord de la frégate Arunta, en route pour Perth. Côté course, Foncia peut fêter son 5e jour en tête et son entrée dans l'océan Pacifique en compagnie de ses fidèles poursuivants Roland Jourdain, Sébastien Josse et Jean Le Cam.



Fin du calvaire pour Eliès, début du Pacifique pour la tête de course
Happy end
Dans les annales du Vendée Globe 2008-2009, ce 41e jour de course restera gravé à jamais comme celui du soulagement et de l'émotion partagés par toute la communauté de la course au large, marins, équipes à terre et organisateurs. Le témoignage émouvant de Marc Guillemot, commentant en direct l'arrivée des secours et l'évacuation de Yann Eliès, parle de lui-même : " je ne sais pas si j'ai rêvé mais j'ai vu des dizaines de dauphins se mêler à la fête quand le bateau australien est arrivé. Parce que c'est une fête aujourd'hui, un grand jour, un Noël avant l'heure. Je suis hyper ému. Sur cette course, nous sommes devenus des boules de sensibilité et il arrive qu'on craque un peu ". " C'est une histoire normale, une simple histoire d'hommes " poursuivait le skipper de Safran. Pourtant, l'escorte sensible de " Marco " qui a accompagné Yann dans son calvaire de 48 heures aura été déterminante. Celle de Samantha Davies qui a fait son possible pour arriver à temps sur zone -en vain- également. Au sein de la flotte, tous les concurrents ont retenu leur souffle en attendant les bonnes nouvelles de ce matin.

Les sauveteurs australiens rapides et efficaces
A 10h00 (TU+1) ce samedi, la frégate Arunta, armée par cent hommes d'équipage, est arrivée sur la position de Generali. Les opérations menées par la marine australienne sous les ordres du commandant Stephen Bowater ont été un modèle de professionnalisme et d'efficacité. En moins d'une heure, après avoir été embarqué sur une civière dans un semi-rigide, Yann était à bord du navire, confié aux soins d'un médecin urgentiste du " Royal Flying Doctor Service ". D'après les informations livrées par le Commandant Bowater, Yann souffre bien d'une fracture du fémur mais aussi de côtes fêlées. Il était cet après-midi en cours d'examen médical.
Quant au bateau lui-même, il devrait être récupéré dans les jours prochains par l'équipe de Generali. Philippe Laot et Jean Baptiste Epron ont été dépêchés sur place pour mener les opérations de récupération. Actuellement, le 60 pieds Generali dérive lentement vers le nord, à 700 milles au sud des côtes australiennes. Sa configuration de voilure a été conservée (grand-voile 3 ris et trinquette) et il est équipé de deux balises qui indiquent en permanence sa position.

Les anges gardiens reprennent leurs ailes à 1300 milles de Foncia
Marc Guillemot, coiffé d'un bonnet offert par la Marine australienne, peut dès lors retirer ses ailes d'ange gardien et retrouver, comme Sam Davies, celles du compétiteur reprenant le fil de sa circumnavigation.
Loin devant, dans le sud-est de la Tasmanie, la course est menée tambour battant depuis le 16 décembre par Michel Desjoyeaux. Depuis 5 jours, le skipper de Foncia impose un rythme qu'il est le seul à tenir. Roland Jourdain, accroché dans son sillage le reconnaissait volontiers : " Mich va toujours plus vite et ce n'est pas étonnant venant de lui ". La nuit dernière, les deux marins quittaient l'Océan Indien, reléguant leurs poursuivants les plus proches entre 150 et 400 milles derrière. Aujourd'hui, ils étaient suivis par Sébastien Josse et Jean Le Cam, entrés à leur tour dans le Pacifique.
Même s'il est prématuré de parler de " décrochage " alors que la flotte n'est pas tout à fait à la mi-parcours, le fameux top 10 qui a longtemps animé la régate a explosé sous la pression conjointe du rythme de course, des soucis techniques, des chutes de moral et des coups de fatigue.
Jean-Pierre Dick en sait quelque chose, lui qui a perdu énormément de terrain pour réparer son safran tribord. Ce faisant, le Niçois signe un véritable exploit en matière de bricole, fait d'arme salué par plusieurs de ses adversaires. Toutefois, fatigue et inquiétude quant à la fiabilité de sa réparation transperçaient dans la voix du marin à la vacation du jour. Côté performance, Sébastien Josse (BT), Jean Le Cam (VM Matériaux), Armel Cléac'h (Brit Air) et Vincent Riou (PRB) ont eu aujourd'hui une petite opportunité à saisir : profiter de la dépression qui les propulsait vers l'est pour combler leur retard sur une tête de course provisoirement ralentie dans une dorsale. Jean le Cam, notamment, n'a pas hésité à mettre du charbon. Au pointage de 16h00, VM Matériaux glissait à plus de 19 nœuds en direction de la prochaine porte Néo-zélandaise.

Les 5 premiers au pointage de 16h00
1- Michel Desjoyeaux (Foncia) à 12 225 milles de l'arrivée
2- Roland Jourdain (Veolia Environnement) à 60,8 milles du leader
3- Sébastien Josse (BT) à 148,6 milles
4- Jean Le Cam (VM Matériaux) à 166,4 milles
5- Armel Le Cléac'h (Brit Air) à 355,4 milles

Samedi 20 Décembre 2008 - 19:10
Vendeeinfo

Lu 300 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017