Connectez-vous S'inscrire

A 316 milles de la première porte des glaces

Le convoi de tête profite toujours d'un vent de nord-ouest soutenu (rafales à 30 nœuds) lui permettant de surfer sur un bord vers la première porte des glaces que les leaders atteindront demain matin. Ces conditions plus stables sont les bienvenues après 24 d'empannages éreintants. Certains accusent un gros coup de fatigue et dans cette guerre d'usure au portant sur le mode " qui portera le plus de toile ", les performances des bateaux font le yoyo entre 15,5 et 18 nœuds !



A 316 milles de la première porte des glaces
Moral en baisse
L'humeur des acteurs du Vendée Globe épouse aujourd'hui les formes de la houle du grand sud : une succession de creux et de crêtes selon le bonhomme et son actualité. La fatigue provoquée par l'intensité de la régate océanique qui se joue depuis 23 jours - rappelons que les 9 premiers concurrents se tiennent en 94 milles -, et la succession d'empannages sportifs opérés hier et la nuit dernière dans 25 nœuds de vent, y sont pour beaucoup. A l'usure passagère des hommes s'ajoute celle du matériel. C'est ainsi que Loïck Peyron a brûlé du temps et de l'énergie pour sauver son gennaker passé à l'eau et enroulé autour de la quille de Gitana Eighty, une opération qui lui a coûté deux places au classement. Peyron avouait subir depuis plusieurs jours une succession de pépins techniques qui lui empoisonnent la vie. Il doit désormais monter au mât pour récupérer sa drisse. A la vacation, il avait la voix éteinte.
Marc Guillemot, lui, pestait contre son pilote automatique, responsable de son ralentissement hier. Obligé de réduire la toile pour éviter la sortie de route, le skipper de Safran a perdu du terrain sur Foncia - Michel Desjoyeaux, qui a passé plus de 20 heures à la barre hier n'est plus qu'à 21 milles du plan Verdier VPLP ! -. Ce matin, " Marco " avait retrouvé les bons réglages et remis le " turbo ". Mais ces contrariétés ont entamé le moral du Trinitain qui sentait le poids du stress et de la fatigue peser sur ses épaules. Autres soucis matériels à déplorer : la dérive tribord de Jonny Malbon, endommagée suite à sa rencontre hier soir avec un cétacé. Raphaël Dinelli a de son côté réussi à réparer sa drisse de grand-voile mais s'interroge sur la fiabilité de sa réparation.

En hausse
A l'autre bout du spectre, certains navigateurs affichaient la mine des bons jours. C'était le cas de Dominique Wavre, heureux de prendre la barre de Temenos, tout en sirotant un bon café chaud ; de Samantha Davies (Roxy) regrettant d'avoir raté le lever du jour et de Steve White (Toe in the Water) qui ne s'est jamais senti aussi bien qu'au réveil ce matin. Les deux concurrents de tête avaient eux aussi de quoi se réjouir. Sébastien Josse, qui a pris les commandes il y a trois jours, naviguait sous génois et grand-voile haute, satisfait de tenir la dragée haute à ses poursuivants. Quant à Yann Eliès, il se targuait d'avancer à 17 nœuds tout en restant allongé bien au chaud dans son sac de couchage. Jean Pierre Dick, quant à lui, tient la forme olympique : il est en effet le plus rapide entre les deux derniers classements avec 18,1 nœuds de vitesse moyenne !

A la niaque
Désormais " tout va se faire à la niaque " affirmait Michel Desjoyeaux. Autrement dit, la vitesse des bateaux et les classements seront soumis à la volonté et à la capacité des navigateurs à porter plus ou moins de toile. Dès lors, les performances des grands monocoques reflèteront le mental et la fraîcheur des hommes : il y aura à coup sûr des hauts et des bas.
La situation météo aura aussi son rôle à jouer. Or, elle se complique à mesure qu'on recule dans le classement. Le front qui propulse les bateaux de tête dans des surfs à 20 nœuds n'est pas aussi coopératif avec Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) et encore moins avec Samantha Davies (Roxy) aux prises avec du petit temps. En revanche, les conditions vont s'aggraver par l'ouest au passage d'une dépression qui apportera au groupe composé de Dee Caffari (Aviva), Arnaud Boissières (Akena Vérandas), Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), Jonny Malbon (Artemis), Steve White (Toe in the Water) et Rich Wilson (Great American III), des vents forts de nord-ouest avec des rafales à 50 nœuds ! Cette dépression devrait épargner (relativement) les concurrents qui ferment la marche plus au nord.

Meilleure progression
Attribuée à Michel Desjoyeaux qui a parcouru 367,4 milles ces dernières 24 heures (soit 15,3 nœuds de moyenne). Il faut dire que le skipper de Foncia, est désireux de s'immiscer dans le top 10 avant d'entrer dans l'océan Indien.


Les 5 premiers au pointage de 16h00
1- Sébastien Josse (BT) à 18577 milles de l'arrivée
2- Yann Eliès (Generali) à 37,7 milles du leader
3- Jean Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) à 56,4 milles
4- Loïck Peyron (Gitana Eighty) à 64 milles
5- Roland Jourdain (Veolia Environnement) à 65,2 milles

Les premiers étrangers
9- Mike Golding (Ecover) à 94 milles
12- Dominique Wavre (Temenos II) à 223,3 milles
13- Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) à 413 milles

Modification de la deuxième porte des glaces (porte Kerguelen)
Suite aux dernières observations des images diffusées par CLS, fournisseur des données spatiales concernant la position des icebergs dans l'Océan Indien et l'Océan Pacifique, la direction de course en concertation avec Louis Mesnier de CLS, Sylvain Mondon de Météo France et Alain Gautier, consultant sécurité, a décidé conformément aux instructions de course, de modifier la position de la porte des glaces Kerguelen. Cette décision prise dans l'intérêt de la sécurité des concurrents, leur a été notifiée ce soir à 20h30 (TU+1).


La porte des glaces Kerguelen a donc été décalée comme suit : elle sera positionnée par 46°S entre les longitudes 25°E et 34°E, ce qui correspond à une remontée dans le nord de la porte d'environ 130 milles (soit une distance d'environ 230 km) et dans l'ouest de 600 milles soit environ 1000 km. La mise en place des portes correspond à la volonté de l'organisation d'éviter au maximum les risques de rencontres avec des growlers, plaques de glace dérivantes détachées d'icebergs isolés. Etablies au départ en fonction des données statistiques dont disposait l'organisation, elles pouvaient être éventuellement déplacées en fonction des nouvelles données fournies par CLS, chargé pour le compte de la course de faire une observation en temps réel des glaces dans les mers du sud. C'est ce cas de figure qui se présente aujourd'hui par la conjonction de deux phénomènes ;
- Premièrement, les dernières observations ont permis de détecter deux icebergs -et donc des risques de glaces dérivantes aux alentours- légèrement au sud de l'orthodromie, route la plus courte d'une porte à l'autre.
- Deuxièmement, les données météorologiques font apparaître que la route la plus rapide pour rallier ces deux portes serait d'empanner directement dès le passage de la première porte des glaces pour aller chercher des vents nettement plus favorables au sud.

Cette analyse partagée par la direction de course du Vendée Globe, Sylvain Mondon de Météo France, Louis Mesnier de CLS et Alain Gautier, consultant sécurité pour l'épreuve, a donc conduit logiquement à cette modification de parcours. L'ensemble des concurrents a été averti ce soir par un message écrit sur Inmarsat doublé d'un e-mail. Le décalage dans l'ouest de la porte est justifié par la nécessité de permettre aux concurrents de ne pas s'approcher par la suite trop près des hauts-fonds de l'Archipel des Kerguelen.

Extrait de l'article 8.2.2 des instructions de course du Vendée Globe 2008-2009
Pour signaler un changement de parcours, la Direction de Course enverra à tous les concurrents avant le passage de la porte précédente, un message écrit sur Inmarsat " C " et sur e-mail du bateau, éventuellement doublé par instructions verbales notamment par téléphone satellitaire…

Mardi 2 Décembre 2008 - 18:09
Jean-Claude Raveneau

Lu 385 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017 | La Golden Globe Race 2018