Connectez-vous S'inscrire

Vaillant leader depuis 8 jours, Loïck Peyron avait la voix fatiguée et la verve fataliste

Victimes de la mobilité du pot au noir, les bateaux de tête se sont embourbés ce matin dans les calmes, pour la seconde fois en 24 heures. Conséquence immédiate de ce deuxième ralentissement : un tassement de la flotte et un retour tonitruant de l'arrière garde. A 344 milles de l'équateur et après 11 jours de course, le top 10 se tient en 80 milles et nul ne sait quelle en sera la hiérarchie au sortir du pot au noir.



Photo : Didier Lefèvre http://vendee.globe.photos.free.fr
Photo : Didier Lefèvre http://vendee.globe.photos.free.fr
Hier, aux abords du 7e degré de latitude nord, les leaders du Vendée Globe ont vécu un premier épisode de calmes. Voiles faseyantes et claquant dans une houle sans vent, douches tièdes sous les orages, de nombreux empannages et des changements de voiles ont été le lot de la nuit. Manque de chance, le pot au noir persiste aujourd'hui à leur faire des misères. Cette zone de conflit entre les deux alizés (hémisphère nord et sud) s'est en effet décalée dans le sud pour se placer à nouveau en travers de leur route. Conclusion : à la mi-journée, l'avant-garde de la course subissait un nouveau coup de frein.

Pétole, moiteur et guerre des nerfs
. A la vacation du jour, il avouait n'avoir aucune idée de l'issue de cette affaire, ne plus regarder les infos météo et tenter simplement d'avancer droit devant, cap au sud. Depuis ce matin, le skipper de Gitana Eighty avait en effet de quoi se faire des cheveux blancs. Dans son rétroviseur, se profile l'ombre de ses adversaires qui profitent de ses difficultés pour peaufiner leur trajectoire et avancer. De fait, ils sont désormais dix en 80 milles à se bagarrer comme des chiffonniers au prix de quelques litres de sueur. Car l'atmosphère est toujours aussi torride à 344 milles de l'équateur. Dans les habitacles de carbone, le thermomètre dépasse les 30 degrés tandis qu'un soleil cuisant inonde les cockpits, ce qui a valu à Dominique Wavre quelques vilains maux de crâne, tandis que Sam Davies se baladait sur le pont de Roxy en bikini. Dans ce contexte, les quelques grains pluvieux croisés dans le pot étaient accueillis comme des douches providentielles. Mais les conditions de navigation restent éreintantes, d'autant que ce pot au noir est en train de devenir le lieu d'un nouveau départ. Au pointage de 16h00, Loïck Peyron, crédité d'une vitesse de 7 nœuds (contre 2,2 nœuds ce midi !), conservait certes une avance de 20 milles. Mais dans son tableau arrière, c'est la guerre entre Sébastien Josse (BT), Jean Pierre Dick (Paprec-Virbac 2), Vincent Riou (PRB), Armel Le Cléac'h (Brit Air), Yann Eliès (Generali), Mike Golding ( Ecover), Roland Jourdain (Veolia Environnement), Jérémie Beyou (Delta Dore) et enfin Jean Le Cam (VM Matériaux). D'après les données météo, tout ce petit monde pourrait entrevoir la porte de sortie dans la soirée et toucher cette nuit ou demain matin les premiers signes de l'alizés du sud-est. Mais dans quel ordre ? Peyron, lui, avait déjà sorti son génois…

116 milles de gagnés pour Foncia
En deuxième et troisième rideau, les bateaux de chasse assistent de loin à ce spectacle en applaudissant des deux mains. Crédités de vitesses parfois deux à trois fois supérieures à leurs prédécesseurs, ils sont les grands gagnants de ces dernières 48 heures. Onzième, Dominique Wavre (Temenos II) a récupéré une quarantaine de milles ; Marc Guillemot (Safran), émerveillé par le spectacle d'un groupe de gros mammifères marins, en a rattrapé 70. Enfin, Michel Desjoyeaux (Foncia) qui a passé sa nuit allongé dans le cockpit à admirer les étoiles, a quant à lui gagné 116 milles en 24 heures. Mais en navigateur prudent et expérimenté qu'il est, il estimait à raison qu'il était bien trop tôt pour se réjouir !

Meilleure progression…
Attribuée au dernier concurrent de la flotte, Jean Baptiste Dejeanty, qui cravache à la latitude de Gibraltar à 14 nœuds de moyenne. Le skipper de Maisonneuve a parcouru 337 milles entre les pointages de mercredi et jeudi 16 heures. Il est encore à 1875 milles de la tête de course.



Les premiers au pointage de 16 heures le 20/11/08 :
1- Loïck Peyron (Gitana Eighty) à 21 024 milles de l'arrivée
2- Sébastien Josse (BT) à 21,8 milles du leader
3- Jean Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) à 23,7 milles
4- Vincent Riou (PRB) à 29,5 milles
5- Armel Le Cléac'h (Brit Air) à 38,9 milles

Premiers étrangers :
7- Mike Golding (Ecover) à 55,1 milles
11- Dominique Wavre (Temenos II) à 191 milles
12- Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) à 193 milles
http://www.vendeeglobe.org http://www.vendeeglobe.org
audio_vg_loick_pe_1120.mp3 audio_VG-loick_pe-1120.MP3  (1.73 Mo)


Jeudi 20 Novembre 2008 - 22:53
Vendeeinfo

Lu 332 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017 | La Golden Globe Race 2018