Connectez-vous S'inscrire

Olonne sur Mer franchit le cap et fait l’acquisition d’une 1ère voiture électrique



Olonne sur Mer franchit le cap et fait l’acquisition d’une 1ère voiture électrique
La municipalité d'Olonne-sur-Mer a fait du respect de l’environnement l’un des principes directeurs fondamentaux de ses actions.Après avoir déjà testé deux types de véhicules électriques en début d’année, Olonne sur Mer franchit le cap et fait l’acquisition d’une 1ère voiture électrique.L’utilisation de véhicules électriques apparaît comme une solution efficace pour satisfaire les besoins des services techniques de la Ville
- le véhicule électrique n’est l’engin ni des grandes distances, ni des grandes vitesses. Sur ce terrain, le véhicule thermique reste inégalable car il embarque une énergie considérable et peut se ravitailler instantanément en énergie,
- le véhicule électrique, quand on l’applique à des parcours relativement courts, répétitifs et réalisés à des vitesses modérées, est un outil formidable qui surpasse toutes les solutions concurrentes. Les chariots électriques qui fonctionnent parfaitement depuis plus 50 ans et qu’on peut voir rouler dans toutes les usines ou les entrepôts en sont la parfaite illustration.

I - Un véhicule électrique, écologique, pratique et économique…


La Ville a profité de la nécessité de procéder au remplacement d’un véhicule usagé pour faire l’acquisition d’un véhicule électrique, marquant ainsi le début du renouvellement du parc automobile par des voitures « propres ».Ce véhicule sera principalement utilisé par le service bâtiment, d’où le choix d’une configuration avec un caisson spécifique, permettant de charger des outils et du petit matériel.Les agents l’utiliseront quotidiennement pour procéder aux travaux d’entretien dans les nombreux bâtiments communaux.Pour procéder à l’acquisition de ce nouveau véhicule, la Ville a fait appel à l’entreprise GOUPIL INDUSTRIE, une PME 100 % française qui conçoit, assemble et commercialise des engins électriques utilitaires pour les centres-villes, l’industrie et les loisirs.


Implantée dans le sud-ouest de la France, cette société a acquis une grande expérience et renommée de par sa présence dans 18 pays en Europe. Elle se positionne désormais comme le leader sur son marché, ce qui constitue un gage de sérieux et de qualité.
Le savoir-faire de GOUPIL INDUSTRIE se retrouve dans ce fourgon utilitaire « G3 » dont les principales caractéristiques techniques sont les suivantes :charge utile de 500 kg,volume utile de 2,2 m3,autonomie de 100 km (vitesse maximale : 40 km/h),poids de 960 kg à vide,plancher imputrescible et anti-dérapant,


GOUPIL INDUSTRIE a su faire rimer électrique avec écologie
Ce véhicule électrique est un véhicule écologique « 100 % propre » qui répond aux 3 défis majeurs auxquels notre société est confrontée dans sa politique de transport :

- La raréfaction des ressources en pétrole.
Face à la fin annoncée des ressources pétrolières mondiales, la solution électrique est une solution viable et pérenne qui s’appuie sur une énergie que l’homme sait produire et qui est donc en perpétuel renouvellement.
- La maîtrise nécessaire des émissions de gaz à effet de serre.
Les nombreux sommets internationaux, dont celui de Copenhague dernièrement, ont réaffirmé l’urgence qu’il y avait à limiter rapidement les émissions de gaz à effet de serre.
En remplaçant un véhicule thermique par un véhicule électrique qui n’émet aucun CO2 durant son fonctionnement, la Ville d’Olonne s’engage dans une voie responsable et diminuera la quantité de CO2 émise.
- La réduction de la pollution urbaine (atmosphérique et sonore).
Non seulement le véhicule électrique ne produit pas de CO2, mais encore n’émet-il aucun polluant de type particules d’oxyde d’azote, d’oxyde de carbone ou autres hydrocarbures et contribue ainsi efficacement à réduire la pollution que l’on peut constater dans les centres-villes, là où les trafics sont les plus denses.

Par ailleurs, le véhicule électrique est totalement silencieux, ce qui est très appréciable en ville et limite les nuisances sonores dénoncées comme la 1ère gêne à laquelle les Français sont confrontés dans leur vie quotidienne.
Homologué pour circuler sur la voie publique, le Goupil G3 est très compact. Avec 1,10 m de large et un rayon de braquage très court de 3 m, il se faufile sans difficulté dans les rues saturées de circulation et de véhicules stationnés. Son petit gabarit permet aussi de la stationner très facilement.
Dans les déplacements courts et répétitifs où l’opérateur monte et descend sans arrêt (maintenance des bâtiments divers…), la facilité d’accès au poste de conduite est un véritable atout.Si le coût d’investissement de ce véhicule est supérieur à un véhicule classique (22.542,36 € TTC), cet investissement est source de nombreuses économies en fonctionnement.La 1ère économie réside avant tout dans le coût beaucoup plus bas du carburant. Essence contre électricité, la comparaison est peu flatteuse pour les véhicules thermiques.Là où le Renault Express dont la Ville vient de se séparer consommait pour 6,25 € de carburant pour parcourir 100 km, le Goupil G3 consomme pour 1 € d’électricité pour parcourir 100 km !Ensuite, les véhicules électriques nécessitent un entretien moins lourd que les véhicules thermiques (pas besoin de faire la vidange des moteurs…).

En outre, l’usage de ce véhicule nécessitera de nombreux « Stop’n go » qui accéléreraient sensiblement l’usure d’un moteur thermique, d’un embrayage ou d’une boîte de vitesse. Au contraire, un moteur électrique supporte sans problème de nombreux démarrage avec de faibles trajets.




Partager


Mardi 21 Septembre 2010
Vendeeinfo
Lu 872 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017



La justice vient d'autoriser les expulsions ce lundi 25 janvier à 14h30.

"L'évacuation peut commencer pour les exploitations agricoles" et pour les familles non concernées par le délai, a indiqué Pierre Gramaize, le juge de l'expropriation.

Le tribunal de grande instance de Nantes a décidé, lundi 25 janvier, de valider les expulsions des habitants et opposants historiques au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Un délai de deux mois a été prononcé pour huit des onze familles concernées par les expulsions, tandis que les exploitations agricoles et les trois autres familles sont expulsables immédiatement.
http://reporterre.net/Notre-Dame-des-Landes-le-tribunal-ordonne-l-expulsion-la-mobilisation-se

Vendeeinfo
25/01/2016

Les énergies renouvelables

Galerie
SOLO/DUO FIGARO LES SABLES 2010