Connectez-vous S'inscrire

Face à l’inquiétude de l’IUT de La Roche-sur-Yon, l’UNI Vendée en appelle à la responsabilité du président de l’université de Nantes.

Au même titre que l’ensemble des IUT de France, l’IUT de La Roche-sur-Yon exprime depuis plusieurs jours son inquiétude sur son avenir, suite au manque de garanties apportées par le président de l’université de Nantes.



Il sera désormais directement de la responsabilité des présidents d’universités de permettre ou non aux IUT de se développer. Malgré une hausse substantielle du budget de l’enseignement supérieur, les présidents d’universités n’apportent aujourd’hui aucune garantie sur le devenir des IUT.
L’IUT de La Roche permet une insertion professionnelle réussie
Alors que l’insertion professionnelle est la première préoccupation des jeunes diplômés, l’UNI, premier mouvement étudiant dans les IUT, réaffirme l’importance de défendre et de promouvoir les filières reconnues par le marché du travail, importance renforcée en période de crise économique.
En effet, les IUT, parmi eux celui de La Roche-sur-Yon, participent activement aux objectifs de réussite et d’insertion professionnelle chez les étudiants, en associant les entreprises dans leur système pédagogique et en offrant des débouchés adaptés aux marchés de l’emploi.
Pétition lancée par l’UNI : Halte à la casse des IUT
Afin de défendre et promouvoir l’IUT de La Roche-sur-Yon, l’UNI Vendée vient de lancer une grande campagne de pétition « Halte à la casse des IUT » pour sensibiliser le président de l’université de Nantes sur l’attachement qu’ont l’ensemble des étudiants d’IUT envers leur filière, et sur la nécessité de lui donner les moyens de se développer.
petitioniutdec08.pdf pétitionIUTdec08.pdf  (52.25 Ko)

Jeudi 4 Décembre 2008 - 13:55
Jean-Claude Raveneau
Lu 877 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017 | Notre-Dame des Landes