Connectez-vous S'inscrire

Les Sables Les Açores Les Sables : Le leader a-t-il démâté ?

Alors que le cap Finisterre devrait être franchi mardi en milieu d’après-midi, la flotte des vingt-cinq Mini encore en course se disperse pour s’engager dans le sprint final à l’approche du golfe de Gascogne. Mais l’évènement du jour est le probable démâtage du leader Stéphane Le Diraison…



Les Sables Les Açores Les Sables : Le leader a-t-il démâté ?
Les vitesses des derniers relevés Argos laissent entendre que le premier prototype et leader de la flotte aurait démâté ce lundi vers midi (heure française). En effet, Stéphane Le Diraison (Cultisol-Institut Curie) progressait auparavant à près de dix nœuds de moyenne sur une route assez Nord (80 milles au dessus de l’orthodromie) dans une forte brise et une mer très formée. D’un coup, sa vitesse a chuté autour de deux nœuds et la Direction de Course a reçu un signal de « présence à bord » grâce à la balise Argos, indiquant que le skipper signalait un gros problème technique. En général dans ces situations, les probabilités se résument à une avarie d’appendice ou à un démâtage, mais dans le premier cas, le voilier peut rapidement retrouver une vitesse certes faible, mais supérieure à cinq nœuds dans une brise de plus de vingt nœuds… Le voilier accompagnateur Solo est en route vers le solitaire qui devrait pouvoir donner plus d’explications la nuit prochaine, lorsque les deux bateaux seront en contact VHF…

Une bulle avant un front…
Du côté de la course, il reste un peu plus de cinq cents milles à parcourir pour atteindre les Sables d’Olonne mais si les deux journées à venir semblent plus faciles à négocier dans une brise mollissante d’Ouest, les derniers deux cents milles s’annoncent extrêmement délicats à appréhender… Car le golfe de Gascogne change de visage après le passage de la dépression qui intéressait la flotte ce lundi : une bulle anticyclonique s’installe temporairement mercredi sur Bordeaux et les calmes risquent fort de redistribuer les cartes à quelques dizaines de milles de l’arrivée ! Est-ce que les solitaires à bord de leur voilier de 6,50 mètres, ballottés par une mer forte de plus de six mètres et poussés par une brise qui a dépassé les trente nœuds la nuit dernière, dans leur habitacle de moins de trois mètres cubes, avec un simple poste de radio pour réceptionner une fois par jour les bulletins météo, peuvent anticiper la réelle situation sur l’eau ? Pas évident de se projeter à trois jours mais les skippers expérimentés savent tout de même établir une stratégie pour aborder le final.

Habituellement, il est préférable d’aborder les derniers deux cents milles en arrivant par le Nord-Ouest au niveau de la latitude de Saint-Nazaire en entrant dans le golfe de Gascogne afin de profiter des brises thermiques lorsqu’une dorsale anticyclonique se positionne au Nord de la péninsule ibérique. C’est ce qui semble se présenter aux étraves des Mini mais cela va dépendre du timing car un front froid est aussi attendu jeudi midi par l’Ouest… L’Atlantique étant depuis le début de la course Les Sables-Les Açores-Les Sables, particulièrement perturbé, il peut encore se passer bien des retournements de situation avant la ligne d’arrivée ! Mais de fait, les concurrents se placent déjà pour le sprint final alors qu’ils vont aborder dès demain mardi, le cap Finisterre.

Divergence d’approche
A plus de soixante milles au Nord de la route directe, Stéphane Le Diraison emmenait avant ses problèmes techniques, un trio de voiliers de série dans son sillage : le Britannique Oliver Bond (Base Camp), le jeune Mathis Prochasson (Manu Poki) et Damien Guillou (Demi-Clé) qui progressaient plutôt vite… Au centre, le premier Pogo-2 du Portugais Francisco Lobato (Looking for…) entraîne le peloton où se groupent l’Italien Riccardo Apolloni (Ma vie pour Mapei), Charlie Dalin (Antalis) puis un peu en retrait, Jérôme Lecuna (I feel good) et Pierre-Yves Lautrou (Altaïde Moovement). Un peu plus proche de la route directe, Sébastien Picault (Kickers) devrait prendre cette nuit les commandes de la flotte, suite aux ennuis de Stéphane Le Diraison, avec 35 milles d’avance sur Arnaud Vasseur (Nat’Che) et Sébastien Stéphant (Déphémérides) qui naviguent à vue avec sur leurs traces, Pierre Rolland (D2-Marée Haute). Enfin quasiment sur l’orthodromie, le Suisse Fabrice Germond (Stratus) et le Norvégien Staale Jordan (Stormy) visent un passage assez proche du cap Finisterre.

Il y a moins de vent et moins de mer ce lundi après-midi pour le groupe le plus au Sud, ce qui favorise les vitesses moyennes, mais normalement le temps va devenir nettement plus clément sur toute la zone de course dès la fin de la nuit prochaine. C’est lorsque les solitaires vont renvoyer la toile et en particulier le spinnaker, que les différences vont se marquer et les vitesses accélérer car de la situation de dos rond, il faudra passer au stade de l’attaque ! Si Sébastien Picault doit désormais gérer son avance pour contrôler ses concurrents qui restent sur la même route, Francisco Lobato est nettement plus sous pression avec un peloton de poursuivants à ses basques et des solitaires qui se sont décalés plus au Nord : difficile de surveiller deux groupes à la fois…

Classement des prototypes du lundi 18 août à 16h00
1-Stéphane Le Diraison (Cultisol-Institut Curie) à 510 milles de l’arrivée
2-Sébastien Picault (Kickers) à 1,6 milles du leader
3-Arnaud Vasseur (Nat’Che) à 37 M
4-Sébastien Stéphant (Déphémèrides) à 41,8 M
5-Pierre Rolland (D2-Marée Haute) à 51,1 M

Classement des voiliers de série du lundi 18 août à 16h00
1-Francisco Lobato (Looking for…) à 527 milles de l’arrivée
2-Riccardo Apolloni (Ma vie pour Mapei) à 11 milles du leader
3-Oliver Bond (Base Camp) à 13 M
4-Charlie Dalin (Antalis) à 18 M
5-Mathis Prochasson (Manu Poki) à 21M

D'après DBo de www.lessables-lesacores.com

Mardi 19 Août 2008 - 07:53
Vendeeinfo

Lu 472 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017