Connectez-vous S'inscrire

Un site pour suivre les OGM à la trace

70 % des consommateurs européens ne veulent pas des OGM.



Le réseau Cohérence vient de lancer un nouveau guide web répertoriant tous les produits animaliers issus des filières non OGM, les lieux de production et de distribution où l’on peut les trouver.
C’est un fait : en France, on n’aime pas vraiment les OGM (organismes génétiquement modifiés). Et même plus largement au niveau du Vieux Continent : selon l’Eurobaromètre, 70 % des consommateurs européens n’en veulent pas dans leurs assiettes ! C’est pourquoi dès 2004, l’Union Européenne a pris les choses en main en imposant un étiquetage pour tous les produits dès lors qu’ils contiennent un ingrédient végétal avec plus de 0,9 % d’OGM.

L’élevage aussi exposé aux OGM
Un bon début mais qui est loin d’être suffisant pour Julian Pondaven, directeur du réseau Cohérence : "Tout simplement parce que cet étiquetage ne tient pas compte de l’alimentation des animaux d’élevage, alerte-t-il. Or, celle-ci contient du soja, importé en grande partie d’Amérique du Sud, qui n’est pas issu de filières tracées". Et de poursuivre : "en raison de la prédominance des activités agricoles, notamment l’élevage des monogastriques (poulet et volailles), le Grand Ouest est très exposé". Si le réseau Cohérence se donne le droit de contester, il n’en oublie pas non plus de proposer des alternatives. C’est notamment le cas avec la création de deux guides web "consommer sans OGM" mis en ligne en mars 2008 pour la Bretagne et depuis juillet 2008 en Pays de la Loire.

Cette démarche s’inscrit dans la volonté de deux Régions de favoriser une agriculture de qualité et respectueuse de l’environnement. Elles sont notamment opposées à la mise en culture d’OGM sur leur territoire. Et n’ont donc pas hésité à soutenir cette initiative, qui est aussi une formidable opportunité de valoriser leur filière agroalimentaire. Ce que confirme Julian Pondaven : "L’idée est de promouvoir les producteurs engagés dans ces filières tracées. Ce n’est pas juste une question sanitaire mais aussi de solidarité. Il faut que les citoyens passent à l’action. Nous leur fournissons l’outil, à eux de changer leurs habitudes de consommation."

Car, grâce à ces deux sites, les consommateurs peuvent retrouver très facilement tous les produits régionaux - viandes, produits laitiers, oeufs, poissons d’élevage - issus de filières non OGM. La recherche se fait selon deux entrées : par géolocalisation des différents sites (marchés, restaurants et épiceries…) ou par marques vendues en grande distribution. Au total, une soixantaine de marques, une centaine de points de distribution et plus de 200 producteurs sur les 5 départements des Pays de la Loire sont référencés sur le site ligérien. Des données qui sont régulièrement mises à jour à travers des enquêtes sur le terrain et le croisement des informations.

Un millier de visiteurs chaque mois
Depuis son lancement, près d’un millier de visiteurs différents se connectent chaque mois. Et déjà des discussions sont en cours avec les Régions Normandie et Poitou-Charentes. Mais le Réseau Cohérence voit encore plus loin : "Nous espérons que ce type de démarche va inciter les pouvoirs publics à se mobiliser pour étendre l’étiquetage non-OGM, non plus simplement aux produits, mais également aux producteurs et opérateurs de distribution."

www.reseau-coherence.org

Le réseau CohérenceCréé en 1997, le réseau Cohérence met en synergie plus d’une centaine d’associations du Grand Ouest - consommateurs, protecteurs de la nature, paysans, artisans, acteurs de la santé – afin de promouvoir des modes de production, d’échange et de consommation plus équitables, respectueux de l’environnement.
Source : région des Pays de la Loire

Lundi 2 Mars 2009
Jean-Claude Raveneau
Lu 510 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017



La justice vient d'autoriser les expulsions ce lundi 25 janvier à 14h30.

"L'évacuation peut commencer pour les exploitations agricoles" et pour les familles non concernées par le délai, a indiqué Pierre Gramaize, le juge de l'expropriation.

Le tribunal de grande instance de Nantes a décidé, lundi 25 janvier, de valider les expulsions des habitants et opposants historiques au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Un délai de deux mois a été prononcé pour huit des onze familles concernées par les expulsions, tandis que les exploitations agricoles et les trois autres familles sont expulsables immédiatement.
http://reporterre.net/Notre-Dame-des-Landes-le-tribunal-ordonne-l-expulsion-la-mobilisation-se

Vendeeinfo
25/01/2016

Les énergies renouvelables

Galerie
SOLO/DUO FIGARO LES SABLES 2010