Connectez-vous S'inscrire

Les Sables -Horta, étape n°1, jour J+1



Les Sables -Horta, étape n°1, jour J+1
Dans le vif du sujet… les duos de « Les Sables – Horta – Les Sables » n’ont pas profité longtemps des conditions bénies du départ. Le flux d’ouest annoncé était bel et bien présent : vingt nœuds de vent associés à la remontée du plateau continental, cela suffit pour lever une mer cassante, désagréable à négocier. Comme par hasard, à ce petit jeu, les tauliers de la flotte sont revenus rapidement aux avant-postes. Pour l’heure, tout ce petit monde tire des bords : si un groupe a choisi de piquer au sud-ouest, l’autre remonte vers le nord-ouest espérant d’une part bénéficier du vent plus longtemps et d’autre part toucher la rotation attendue au nord-ouest plus tôt. La première partie d’échecs est lancée.
Première nuit de mer… Pour entamer sa transhumance vers les Açores, la flotte se doit d’emprunter des chemins de traverse escarpés. Allures de près, gîte prononcée, et la carène qui cogne derrière chaque vague franchie. Ceux qui rêvaient de longues glissades bienheureuses vers les côtes espagnoles en sont actuellement pour leur frais. Si le près reste l’allure favorite des tacticiens, en navigation océanique c’est plutôt une sorte de purgatoire, une litanie monotone où il faut trouver le bon rythme à la barre, arriver à maintenir toutes les fonctions vitales essentielles dans une position pour le moins hétérodoxe pour un terrien. Faire à manger devient un petit exploit ménager comme du reste se reposer. Dans ces conditions, les classements sont autant de baume au cœur ou de coups de canifs dans le moral des navigateurs. Que l’on ait remonté des places et l’on trouverait presque des vertus à cette navigation sur la tranche à chevaucher les murs. Karine Fauconnier (Telecom Italia) en était la démonstration évidente à la vacation de ce jour : timbre de voix clair presqu’enjoué, sérénité, la jeune femme ne pouvait que se réjouir de voir leur duo revenu aux commandes. Même Wilfrid Clerton (CG Mer) semblait trouver du charme à ce début de course malgré un léger mal de mer. D’autres s’en remettaient à un fatalisme prudent tel Benoît Parnaudeau (Entreprendre en coopérative) qui reconnaissait s’être laissé emporter sur la route du sud plus qu’à son gré… Une réparation de spi impérative et le temps pour son équipier Jean Sausset de se familiariser avec le comportement du bateau expliquant cela. Pour d’autres encore, les bords de près riment avec bricolage : Didier Le Vourc’h et Gérald Bibot (ZED 4), après un départ tonitruant ont dû cette nuit batailler contre une fuite d’eau qui a envahi le coqueron avant du bateau… Avec les conséquences idoines : outils de télécommunication en partie noyés, démontage des pièces atteintes et remontage. Autant demander à une couturière de broder au point de croix dans le manège du Grand Huit.



Cuillère d’argent, cuillère de bois

Dans cette descente vers le soleil, les concurrents se doivent de faire leur choix. Faire route au sud-ouest ne permet pas, pour l’heure, de doubler la pointe de l’Espagne. Mais, c’est comme disent les navigateurs le bord rapprochant, celui qui est le plus proche de la route directe. De l’autre bord, on remonte vers le nord-ouest, presque à 90° de la route. C’est un bord qui coûte cher psychologiquement : en partant à presque 90° de la route, on s’écroule provisoirement dans les classements. Et si l’on peut espérer toucher plus tôt la bascule au nord-ouest, il faut juste prévoir la vitesse de la rotation. Qu’elle soit lente et les hommes du nord vont retrouver des couleurs : ayant anticipé la bascule du vent, ils navigueront ensuite, après avoir reviré de bord, sur un bord nettement plus favorable. Qu’elle soit rapide et brutale et le petit groupe qui aura choisi de rester proche de la route directe pourra espérer passer sur le même bord en infléchissant sa route avant l’obstacle. En jargon de régatier, on parle ici de cuillère… Cette navigation sur le fil comporte sa part de risque : mais qu’elle aboutisse et l’avantage matériel et psychologique est énorme. A voir, comment la flotte tricote, une maille à l’endroit, une maille à l’envers, il apparaît une évidence : la météorologie n’est définitivement pas une science exacte. Les modèles les plus élaborés ont encore leur part d’incertitude : Yvan Noblet et Damien Guillou (Appart City) partis en chasse après avoir dû rentrer aux Sables d’Olonne pour réparer son tangon brisé en savent quelque chose. Pointé à 27 milles des leaders de la course, ils ont encore toutes les raisons d’espérer.

Ils ont dit

Benoit Parnaudeau (Entreprendre en coopérative) :

« On a eu quelques soucis de drisse de grand-voile qui nous ont fait perdre un peu de temps cette nuit. Et comme on modifie pas mal de petites choses sur le bateau cet hiver, il faut qu’on arrive à reprendre nos marques… »

Karine Fauconnier (Telecom Italia) :

« Ça mouille un peu. Ça tape, ça bouge. On ne s’en est pas trop mal sorti, de cette nuit. Ce matin, on a eu une trentaine de dauphins qui sont venus nous encourager. Cette nuit, le vent était très instable, il fallait réagir vite. On a été toute la nuit sur les réglages, ballast, matossage, on n’a pas arrêté. »

Classement au 6 juillet à 14h (TU+2)

1 – ITA 55 Telecom Italia (Giovanni Soldini – Karine Fauconnier)

2 – ESP 65 Tales (Gonzalo Botin – Alvaro Lopez-Doriga) à 1mille

3 – FRA 64 CG Mer (Wilfrid Clerton – Loïc Lehelley) à 5 milles

4 – FRA 68 PLAN Les enfants changeront le monde (Denis Lazat – Rémi Aubrun) à 6 milles

5 – FGBR 43 Palanad II (Nicholas Brennan- Oliver Bond) à 6 milles

6 – GBR 42 Keysource (Paul Worswick – Mike West) à 8 milles

7 – ITA 69 Courrier de l’Odet (David Consorte – Arnaud Aubry) à 8 milles

8 – FRA 3 Destination Calais (Pierre-Yves Chatelain – Lionel Régnier) à 10 milles

9 – FRA 45 EDF Energies nouvelles (Augeix – Lehelley) à 12 milles

10 – FRA 71 Rev’86 Fantasy forest (Bazin – Grinda) à 12 milles




Les skippers sont en direct du PC Course au 18 bd de l'Ile Vertime (en face de la place du Vendée Globe), de 11h30 à 12h30.Entrée libre.


Lundi 6 Juillet 2009 - 18:08
Jean-Claude Raveneau

Lu 306 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017