Connectez-vous S'inscrire

La marée verte frappe les plages bretonnes

La prolifération des algues vertes qui touche actuellement le littoral de la Bretagne, en particulier les Côtes d’Armor, n’est pas un phénomène récent. Il existe depuis plusieurs années. Et l’état et les collectivités locales mènent depuis 10 ans des actions préventives pour enrayer ce phénomène.



La marée verte a encore frappé
Un nouvel accident sanitaire provoqué par la marée verte est intervenu mardi 4 août sur une plage de la baie de Lannion, à Saint Michel en Grève (Côtes d'Armor). Un cheval qui randonnait sur cette plage et traversait le ruisseau du Roscoat, s'est brusquement enfoncé dans la vase, et a été victime d'une embolie pulmonaire brutale provoquée par le dégagement d'hydrogène sulfuré venant de la décomposition des algues vertes échouées à cet endroit. Le cavalier lui-même a été victime d'un malaise, et a dû être transporté aux urgences de l'hôpital de Lannion.Face à ce nouvel accident sanitaire, la préfecture des Côtes d'Armor s'est contentée d'en appeler à la "responsabilité" des vacanciers, comme elle avait déjà suggéré l'an dernier aux maires d'interdire l'accès aux plages. Le Préfet a également décidé de nommer un "monsieur algues vertes".

A l’origine des algues
Ce phénomène apparaît chaque année de mai à octobre. Il est dû à une combinaison de trois facteurs :une géographie propice : baies fermées ou confinées (Baie de Saint Brieuc ou de Saint-Michel en Grève)une température de l’eau et un éclairement suffisant : les baies sableuses peu profondes sont ainsi des sites particulièrement favorables au développement des algues vertes
une surcharge en azote de l’eau des rivières qui se jettent dans ces baies : l’apport azoté sur les sols a été trop souvent plus important que les possibilités d’absorption réelles des plantes ; le surplus d’azote a ruisselé vers les rivières et a entraîné leur surcharge en azote. Cet azote s’est logiquement retrouvé rejeté en mer ce qui permet aux algues vertes de proliférer.



Jeudi 20 Août 2009
Jean-Claude Raveneau
Lu 812 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017



La justice vient d'autoriser les expulsions ce lundi 25 janvier à 14h30.

"L'évacuation peut commencer pour les exploitations agricoles" et pour les familles non concernées par le délai, a indiqué Pierre Gramaize, le juge de l'expropriation.

Le tribunal de grande instance de Nantes a décidé, lundi 25 janvier, de valider les expulsions des habitants et opposants historiques au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Un délai de deux mois a été prononcé pour huit des onze familles concernées par les expulsions, tandis que les exploitations agricoles et les trois autres familles sont expulsables immédiatement.
http://reporterre.net/Notre-Dame-des-Landes-le-tribunal-ordonne-l-expulsion-la-mobilisation-se

Vendeeinfo
25/01/2016

Les énergies renouvelables

Galerie
SOLO/DUO FIGARO LES SABLES 2010