Connectez-vous S'inscrire

La Préfecture communique sur la pollution du cours d’eau « Le Graon »

Une pollution du cours d’eau « le Graon » a été constaté lundi après midi sur les communes de St Vincent sur Graon et Champs St Père en aval de l’usine de production d’eau potable, matérialisé par une forte motalité de poissons.



L’origine de la pollution réside dans la fuite accidentelle de sulfate d’alumine dans l’usine de production d’eau potable.Le sulfate d’alumine est un floculant utilisé pour provoquer la précipation de matières en suspension dan l’eau brute prélevée dans la retenue.
L’eau du Graon est momentanément impropre à toutes utilisations(irrigation, abreuvage des animaux) en raison de son acidité.
Le Préfet a mis en demeure l’exploitant d’arrêter la propagation de la pollution et de restaurer les conditions du milieu aquatique.
La fuite étant maîtrisé, l'activité de l’usine a été réduite.Des mesures ont été prises à la demande du Préfet et des services de l'état , dès cette après-midi, afin de contenir la pollution par la mise en place de barrages.
Les maires de communes concernés ont pris un arrêté d’interdiction d’accès au cours d’eau et le Préfet un arrêté d’interdcition d’usage de l’eau du Graon.
Cette pollution accidentelle n’a aucune répercussion sur la qualité de l’eau produite par cette usine

Jeudi 27 Août 2009
Jean-Claude Raveneau
Lu 1148 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017



La justice vient d'autoriser les expulsions ce lundi 25 janvier à 14h30.

"L'évacuation peut commencer pour les exploitations agricoles" et pour les familles non concernées par le délai, a indiqué Pierre Gramaize, le juge de l'expropriation.

Le tribunal de grande instance de Nantes a décidé, lundi 25 janvier, de valider les expulsions des habitants et opposants historiques au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Un délai de deux mois a été prononcé pour huit des onze familles concernées par les expulsions, tandis que les exploitations agricoles et les trois autres familles sont expulsables immédiatement.
http://reporterre.net/Notre-Dame-des-Landes-le-tribunal-ordonne-l-expulsion-la-mobilisation-se

Vendeeinfo
25/01/2016

Les énergies renouvelables

Galerie
SOLO/DUO FIGARO LES SABLES 2010