Connectez-vous S'inscrire

Faut-il supprimer les départements après les plaques d'immatriculation ? Le débat est ouvert ...

La commission Attali préconise une France sans départements pour la libération de la croissance et propose de faire «progressivement disparaître l’échelon départemental. Les auteurs du rapport jugent en effet que cet échelon administratif, crée en 1790, est aujourd'hui dépassé. Les Régions et les structures intercommunales devraient se voir dévolues les compétences aujourd'hui exercées par les conseils généraux



Jean-François Copé a présenté lundi 30 propositions issus de groupes de travail de députés UMP crées au lendemain de la publication début janvier du rapport Attali. Parmi ces 30 propositions figure celle-ci : le groupe UMP propose de "faire siéger les conseillers généraux en collège régional" et ajoute que "les conseillers généraux qui puisent leur légitimité dans le scrutin uninominal majoritaire pourraient assurer à la fois un mandat départemental et un mandat régional .En gros, ce que nous proposons c'est d'ouvrir maintenant cette réflexion sans tabou et en tenant compte naturellement du principe de réalité et d'ouvrir cette réflexion sur comment mettre en commun des moyens et des compétences entre les niveaux des départements et des régions pour, à la fois, rendre l'administration territoriale plus efficace avec un meilleur niveau de compétence territoriale pour accomplir le meilleur service public" a-t-il expliqué. "L'idée c'est d'ouvrir maintenant ce chantier", a-t-il ajouté, insistant sur l'importance de cette avancée, comme pour rassurer les déçus d'une position très prudente.Le Président de la République est "positivement intéressé par la proposition '

Si chaque collectivité locale est censée avoir des domaines d'action spécifiques, des doublons existent dans la pratique. L'enchevêtrement des compétences favorise le gaspillage financier et humain. Le département est une division administrative, entre la région et le groupement communal, mise en place sous la Révolution française. L'objectif à l'époque était de remplacer les provinces liées à l'Ancien régime et de casser tout provincialisme. D'où leurs noms très géographiques qui n'appellent aucun lien sentimental avec la population. En tant que circonscription administrative, le département est dirigé par le préfet. Depuis 1985 et la loi de décentralisation, le département est également une collectivité locale dirigée par un conseil général renouvelé par moitié tous les trois ans. Ses compétences s'exercent sur les collèges, les routes et sur de nombreuses aides sociales, comme le RMI (sur les 56 milliards d'euros qu'ils ont à gérer, les départements en dépensent 28 milliards dans l'action sociale).Il y a en 96 en métropole et 4 à l'outre-mer (DOM) et 26 régions, 36.000 communes 18.000 groupements intercommunaux.

Jeudi 25 Septembre 2008
Jean claude Raveneau
Lu 611 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017