Connectez-vous S'inscrire

Michel Desjoyeaux (Foncia), 15e ce matin, s'apprêtait à couper la ligne virtuelle de l'équateur au pointage de 5h00

Aucun changement au pointage du matin. Loïck Peyron entame son onzième jour en tête de la course et grappille discrètement quelques milles à chaque classement. Cap au sud, bâbord amures, les premiers, au large de la pointe brésilienne, enchaînent des journées semblables les unes aux autres. Ce n'est pourtant pas le moment de se relâcher.



Michel Desjoyeaux (Foncia), 15e ce matin, s'apprêtait à couper la ligne virtuelle de l'équateur au pointage de 5h00
Aucun virement de bord. Aucun changement de voiles. Depuis deux jours et pour les trois ou quatre prochains, la vie à bord se résume à régler au millimètre les monocoques 60 pieds et à vivre penché dans une maison secouée par une mer agitée. Après un début de course marqué par un sacré coup de vent dans le Gascogne et une descente saccadée jusqu'à l'équateur, il serait naturel de vouloir souffler un peu avant d'attaquer le Grand Sud dans une dizaine de jours. Pourtant, ce n'est pas le moment de s'endormir sur ses lauriers. Car d'autres n'attendent pas. S'il n'y a pas de coup tactique possible ni de gros écarts à espérer, cette descente de l'Atlantique Sud exige néanmoins une concentration maximale pour ne pas laisser l'inamovible leader Loïck Peyron (Gitana Eighty) se faire la belle. Mille après mille, celui qui mène la flotte depuis plus de 10 jours creuse subrepticement son avance. Tenir le rythme du leader suppose donc une attention permanente. Car si les dix premiers se maintiennent toujours en moins de 100 milles, sept des neuf poursuivants de Loïck Peyron accusent entre 51 et 94 milles de retard. Quant à la stratégie, elle sera conditionnée dans les prochains jours par une zone de transition à négocier au large de Bahia. Ça va encore fumer dans les neurones des marins solitaires pour trouver une échappatoire à ce casse-tête météo.

15 marins la tête en bas
Michel Desjoyeaux (Foncia), 15e ce matin, s'apprêtait à couper la ligne virtuelle de l'équateur au pointage de 5h00. Le pot-au-noir, plutôt clément avec la première moitié de la flotte, semble moins généreux avec les retardataires. Jonny Malbon (Artemis), Raphaël Dinelli (Fondation Océan Vital) et Rich Wilson (Great American III) peinaient cette nuit à progresser entre 3 et 6 nœuds dans la zone de convergence intertropicale.

Classement à 5h00 :
1- Loïck Peyron (Gitana Eighty) à 20924 milles de l'arrivée
2- Sébastien Josse (BT) à 25,8 milles du premier
3- Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) à 39,9 milles
4- Vincent Riou (PRB) à 51,9 milles
5- Armel Le Cléac'h (Brit Air) à 55,2 milles

Dimanche 23 Novembre 2008 - 06:58
Jean-Claude Raveneau

Lu 468 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017 | La Golden Globe Race 2018