Connectez-vous S'inscrire

L’état de la mer était dantesque avec des creux de plus de dix mètres et des déferlantes qui rendaient la surface de l’eau semblable à une piste de ski

Les conditions météorologiques qui règnent sur la tête de la flotte commencent tout doucement à devenir plus maniables mais l’énorme dépression qui occupe tout le milieu du Pacifique tarde à se combler : Sébastien Josse a été blackboulé et ses cinq compères ont sérieusement mis un bémol à leurs ardeurs de vitesse…



Cette entrée en Pacifique est plus que musclée : franchement violente, brutale, destructrice, infernale, éprouvante, usante, frustrante, angoissante, terrifiante… Bref, les mots ne suffisent pas à transcrire la démence des éléments qui se sont acharnés sur les six premiers au point de jeter bas l’un d’entre eux : Sébastien Josse (BT). Depuis qu’il s’est fait couché par une énorme déferlante vendredi après-midi, le solitaire a fait route vers le Nord pour faire le point des dégâts et tenter de reprendre la course dans des conditions normales. Naviguant à petite vitesse sous trinquette seule, il a donc perdu plus de 150 milles en une demi-journée, mais c’est question moral et état du bateau que la perte est la plus grande ! Sérieusement amoché, son monocoque n’est désormais plus à 100% de son potentiel et le jeune skipper va maintenant s’appliquer à traverser l’océan Pacifique sans trop de dommage…
Une mer démontée
Rarement des marins aussi expérimentés et aussi connaisseurs de toutes les mers du monde ont décrit les conditions de navigation de vendredi et de la nuit dernière en des termes aussi dramatiques ! C’est dire si l’état de la mer était dantesque avec des creux de plus de dix mètres et des déferlantes qui rendaient la surface de l’eau semblable à une piste de ski, recouverte d’écumes et d’embruns… Les cinq premiers ont ainsi veillé à préserver l’intégrité de leur monocoque en réduisant à plus va pour slalomer entre les montagnes liquides sous des brises dépassant les soixante nœuds ! Grains de grêle, de neige, de pluie, ciel d’apocalypse, océan en furie, vents à décorner les boeufs : voilà en résumé le décor de ce Pacifique en colère qui semble enfin, ce samedi matin daigner reporter ses foudres guerrières plus loin dans le Sud… Notons tout de même que Michel Desjoyeaux (Foncia) n’est qu’à un peu plus d’une centaine de milles de la porte Pacifique Ouest, que Roland Jourdain (Veolia Environnement) a gagné une cinquantaine de milles en 24h sur le leader, Jean Le Cam (VM Matériaux) une vingtaine, Vincent Riou (PRB) et Armel Le Cléac’h (Brit Air) une bonne soixantaine…
Ayant dépassé les dernières îles au Sud de la Nouvelle-Zélande, Samantha Davies (Roxy) était la plus rapide de la flotte ce samedi matin : en bordure méridionale d’un anticyclone, la jeune Britannique profite d’un flux régulier sur une mer assagie alors qu’à moins de cinq cents milles devant, Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) se débat dans des vents mous et instables ! Quant à Marc Guillemot (Safran), il s’approche par le Nord de l’île d’Auckland pour aller mouiller dans la baie de Port Ross, probablement en milieu de journée. Le trio Dee Caffari (Aviva), Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) et Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) est désormais bien installé dans le Pacifique, en approche de la Nouvelle-Zélande dans un flux modéré de secteur Nord-Ouest.
Une belle journée pour Steve
Mais c’est derrière eux que le Britannique Steve White (Toe in the water) a réalisé un score incroyable sur son vieux monocoque : 378,7 milles en 24h, soit 15,65 nœuds de moyenne ! Et pour Raphaël Dinelli (Fondation Océan Vital), la course est pour l’instant mise entre parenthèses : le défenseur des énergies douces indiquait déjà vendredi à la vacation radio qu’il avait beaucoup de problèmes techniques à bord de son bateau, et surtout qu’il avait un déficit d’électricité. Très certainement à la cape dans un vent encore puissant qui devrait heureusement se calmer dès la nuit prochaine, le solitaire doit prendre son mal en patience le temps de retrouver du soleil et de faire le ménage sur le pont.

Classement du samedi 27 décembre à 5h00 :
1- Michel Desjoyeaux (Foncia) à 10 056 milles de l’arrivée
2- Roland Jourdain (Veolia Environnement) à 52,4 milles du leader
3- Jean Le Cam (VM Matériaux) à 144,3 milles
4- Vincent Riou (PRB) 308,1 milles
5- Armel Le Cléac’h (Brit Air) à 310,1 milles

Sélection internationale :
8- Samantha Davies (Roxy) à 1426,9 milles
10- Dee Caffari (Aviva) à 1985,2 milles
11- Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) à 2006,8 milles


Samedi 27 Décembre 2008 - 16:18
Vendeeinfo

Lu 401 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017 | La Golden Globe Race 2018