Connectez-vous S'inscrire

Gustave Courbet, peintre de la liberté de Michel Ragon chez Fayard



Gustave Courbet, peintre de la liberté  de Michel Ragon  chez Fayard
« Quand je serai mort, expliqua un jour Courbet pour justifier son refus de la Légion d'honneur, il faudra qu'on dise de moi : celui-là n'a jamais appartenu à aucune école, à aucune église, à aucune institution, à aucune académie, surtout à aucun régime, si ce n'est le régime de la liberté. » La liberté ! Tel est bien l'horizon du peintre le plus fougueux et le plus anticonformiste du XIXe siècle français. Né en 1819 à Ornans, fils de cultivateurs, passionnément attaché à ce pays franc-comtois qui l'a vu naître, Gustave Courbet aura fait vaciller à lui seul, et sans préméditation, les canons français du bon goût et de l'honnêteté bourgeoise. Sa vie est tout entière placée sous le signe du scandale. Non que l'intéressé l'ait vraiment cultivé, mais parce que sa peinture choque. La raison ? Il peint des nus réalistes. Il peint le peuple. Il peint ce qu'on ne montre pas, ce qui n'est pas réputé convenable. Et avec quelle puissance !Faut-il s'étonner que cet homme-là, réfractaire à la morale, à la religion et à l'école, se soit engagé si fermement sous la Commune ? Débute alors pour lui un autre combat, contre les bien-pensants toujours, mais à balles réelles cette fois. Ce livre, fondé sur un travail d'archives sensationnel, raconte l'histoire vibrante de l'un des grands mythes français du XIXe siècle. Une histoire dont les premiers rôles sont tenus par Delacroix, Baudelaire, Ingres, Corot, Proudhon, le fidèle Champfleury, Manet, l'admirable Jules Vallès, mais aussi tous ces anonymes qui surent tenir tête à l'étroitesse d'esprit. Et que Courbet y soit peint à beaux traits contrastés gros buveur, d'une belle cordialité et fort bienveillant côté lumière, mais aussi profondément égocentrique et calculateur font de cette imposante biographie du peintre une oeuvre riche, dense et vraie, promise à fixer pour la postérité la grandeur de celui qui, le premier, osa peindre le sexe d une femme et l'intituler L'Origine du monde. - Note de l'éditeur -(date de publication : Avril 2004) Sur Price Minister: http://www.priceminister.com/offer?action=desc&aid=596667549&productid=2274225

Mercredi 28 Novembre 2012
Vendeeinfo
Lu 529 fois




Galerie
14.jpg



Théâtre et concert en Vendée



O pète à la Bourrine par LesBrimbalures

La 4ème édition du Festival International du Film de la Roche-sur-Yon ouvre demain

La 4ème édition du Festival International du Film de la Roche-sur-Yon ouvre demain
En hommage à Bernadette Lafont, disparue cet été, nous avons choisi pour ouvrir cette édition un film rare, l'un de ceux qui ont révélé, voire inventé l'actrice : Les Godelureaux (1961), de Claude Chabrol.Bernadette Lafont y est Ambroisine, « miracle » et maléfice à la fois, créature sortie de l'imagination vengeresse de Ronald, jeune dandy interprété par Jean-Claude Brialy.
Bernadette Lafont était venue à plusieurs reprises au festival, et avait gardé des liens privilégiés avec La Roche-sur-Yon. Nous sommes heureux de lui dédier cette 4ème édition.
À mercredi !


Vendeeinfo
15/10/2013