Connectez-vous S'inscrire

Dick devant, Basurko s'en va

Le Basque Unai Basurko (casse de safran) est le sixième concurrent à abandonner ce Vendée Globe. Devant la régate ne faiblit pas. Grâce à son option sud, Jean-Pierre Dick a pris le contrôle de la course au passage de la deuxième porte des glaces.



Dick devant, Basurko s'en va
Ce n'est pas la première apparition de Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) en tête du classement depuis le départ. Mais celle-ci, au 28e jour de course et à l'entrée de l'Océan Indien, doit avoir encore plus de saveur pour le skipper niçois que les deux premières deux jours après le coup de canon. Elle confirme que le gentleman skipper - comme le surnomme Loïck Peyron - a définitivement gagné ses galons de course au large. Marin professionnel depuis seulement six ans, Jean-Pierre Dick a remisé son costume de vétérinaire/chef d'entreprise et taillé depuis sa place au milieu des vieux loups de mer. Aujourd'hui, dans le Vendée Globe le plus disputé de l'histoire, il rivalise avec les meilleurs marins de course au large. Son option sud de vendredi a porté ses fruits. Idem pour Mike Golding (Ecover), remonté en 24h de la 8e à la 5e place, grâce à son décalage sud.

Desjoyeaux, l'incroyable retour
Roland Jourdain (Veolia Environnement), en troisième position, mène le groupe du milieu à vive allure. Au pointage de 16h, Jourdain était flashé à 20,4 nœuds de moyenne sur une heure ! Dans ce groupe compact, Michel Desjoyeaux (Foncia) poursuit son incroyable retour. Mich' Desj' a doublé aujourd'hui Vincent Riou (PRB) et Yann Eliès (Generali) et pointe désormais en 7e place… Plus rien ne semble l'arrêter ! Tout ce petit monde a franchi ce dimanche la deuxième porte des glaces, dans l'ouest des îles du Prince Edward. La prochaine marque de parcours s'appelle l'île Heard, au sud des Kerguelen à 1700 milles devant leurs étraves (environ 4-5 jours de mer), et qu'ils devront laisser à tribord.

Abandon d'Unai Basurko
Victime jeudi matin d'une avarie de boîtier de safran tribord (fixation entre le safran et le bateau), le Basque Unai Basurko (Pakea Bizkaia) a annoncé dimanche à 13h34 sa décision d'abandonner le Vendée Globe. Il n'est pas en mesure de réparer lui-même l'avarie. Le skipper espagnol a fait demi-tour sans préciser sa nouvelle destination. C'est le sixième abandon de ce Vendée Globe après Pavant, Bestaven, Thiercelin, Thomson et Beyou.

Voix du large…

Roland Jourdain (Veolia Environnement), 3e à 38,3 milles : « Ce sont les 40es comme dans les prospectus ! 35 nœuds de vent bien tapés et la mer qui va avec… J'ai fait des surfs assez costauds à plus de 27 nœuds. Et cette nuit, deux petits départs au tas à cause des fusibles des safrans qui ont lâché. On est à bloc. Le Vendée Globe n'est pas une promenade bucolique ! Ce matin, j'ai fait la grasse matinée. J'ai dormi trois fois 1 heure dans la couchette avec la couette. Le pied ! »

Jean Le Cam (VM Matériaux), 6e à 76,3 milles : « Je me suis fixé une limite au-delà de laquelle je préfère virer de bord que d'empanner pour ne pas risquer de casser des lattes. Si tu fais un fagot de lattes, t'as gagné ta journée ! Hier, ça me démangeait d'empanner, mais je me disais : "fais pas le con, Jean !" »

Vincent Riou (PRB), 9e à 97,3 milles : « Il fait gris, froid, mais tout va bien ! Il y a 30-33 nœuds de vent et je surfe à 20 nœuds. C'est l'ambiance du grand sud. La mer n'est pas très bien rangé, assez courte. Du coup, c'est chaud dans les vagues. Mon pied va comme il va… J'espère que ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir dans 2 ou 3 jours. On essaye d'avancer vers les Kerguelen sans aller trop au sud pour ne pas croiser les glaces. »

Armel Le Cléac'h (Brit Air), 10e à 140,3 milles : « La mer est dans tous les sens, c'est compliqué de trouver la bonne configuration de voiles. Le ciel se dégage, le vent devrait mollir dans la journée. La température de l'eau est de 3,6°C. C'est inquiétant pour les icebergs, mais j'ai la chance d'être dans le sillage d'un groupe de six bateaux qui m'ouvrent la voie. »

Raphaël Dinelli (Fondation Océan Vital), 23e à 1828 milles : « Depuis cinq à six jours lorsque je me suis dérouté vers le Brésil, les conditions ne sont pas terribles. J'espérais mouiller (pour monter dans le mât, ndlr) à Tristan da Cunha, mais ce n'était pas possible non plus. Mon objectif est maintenant de récupérer, d'avoir un bon moral. La drisse (endommagée, ndlr) résiste lorsque la grand-voile est arisée. »

Jean-Baptiste Dejeanty (Groupe Maisonneuve), 21e à 1382 milles : « Le vent s'est bien calmé. Cela permet de remettre le bateau et le bonhomme en ordre. Je me suis lavé et changé. J'ai mis mes cirés à sécher. Cela fait du bien aux oreilles aussi, car le bruit est usant. J'ai empanné pour la première fois depuis le cap Finisterre. Cela fait bizarre d'être sur l'autre bord, de devoir tout matosser de l'autre côté. C'est incroyable de descendre tout l'Atlantique sur un même bord ! »

Les 5 premiers au pointage de 16h00
1- Jean-Pierre Dick (Paprec-Virbac 2) à 16947 milles de l'arrivée
2- Sébastien Josse (BT) à 25,2 milles du premier
3- Roland Jourdain (Veolia Environnement) à 38,3 milles
4- Loïck Peyron (Gitana Eighty) à 50,8 milles
5- Mike Golding (Ecover) à 56,5 milles

Dimanche 7 Décembre 2008 - 18:04
Jean-Claude Raveneau

Lu 404 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017