Connectez-vous S'inscrire
 





TGV aux Sables d'Olonne : inauguration sous haute tension

Si l’arrêt, jeudi 11 décembre, à 10 h 50 précises en gare de La Roche-sur-Yon du premier « vrai » TGV entre Paris et la Vendée, celui de l’inauguration, a eu lieu dans le calme en présence de plusieurs centaines de personnes, l’arrivée à midi pile aux Sables-d’Olonne, sa destination finale, a été quelque peu agitée.



Le TGV arrive en gare des Sables d'Olonne à midi pile. Aussitôt, les officiels sont assailis par une myriade de photographes.
Le TGV arrive en gare des Sables d'Olonne à midi pile. Aussitôt, les officiels sont assailis par une myriade de photographes.
11 h à proximité de la gare SNCF des Sables-d’Olonne. Pas facile, comme à La Roche-sur-Yon une heure plus tôt de trouver une place pour garer sa voiture. Dans le chef-lieu de la Vendée, dès 10 h 15, plusieurs centaines de personnes sont en effet venues assister à l’événement : l’entrée en gare du TGV, suivie par le dévoilement par les officiels d’une plaque commémorative. Dans le chef-lieu, l’ambiance était à la fête.

Les lycéens tentent de rejoindre la gare

A l'appel de plusieurs syndicats, de nombreux cheminots de l'Ouest attendaient leurs PDG de la SNCF et du Réseau Ferré de France leur inquié
A l'appel de plusieurs syndicats, de nombreux cheminots de l'Ouest attendaient leurs PDG de la SNCF et du Réseau Ferré de France leur inquié
Un peu plus d’une demi-heure plus tard aux Sables d’Olonne, l’accueil est un peu différent. Là aussi, la foule est là et trouver une place de stationnement devient galère. On est obligé d’aller se garer à plusieurs centaines de mètres dans des petites rues. Autre surprise : peu après la gare routière, des CRS bloquent la circulation : en face, entre 200 et 250 lycéens en grève tentent de rejoindre la gare SNCF. Bien canalisés par les forces de l’ordre, ils n’y arriveront pas.
Les autorités craignent en effet que les jeunes rejoignent le parvis de la gare, occupé, lui, par plus d’une centaine de cheminots. Venus de toute la région, ils ont répondu à l’appel des syndicats CGT, FO et Sud.

Des cheminots devant la gare

Sur les quais de la gare des Sables d'Olonne, on se serait cru aux heures de pointe dans le métro !
Sur les quais de la gare des Sables d'Olonne, on se serait cru aux heures de pointe dans le métro !
Une demi-heure avant l’entrée en gare de la rame TGV, un porte-parole de la CGT prend la parole : « Nous sommes venus aux Sables d’Olonne pour interpeller les élus, le ministre et les responsables de la SNCF des difficultés que connaît notre entreprise publique. Ils doivent arrêter de casser un bien qui ne leur appartient pas. En 1995, nous nous sommes battus pour que l’on ne supprime pas 6 000 kms de voies ferrées. Si ça avait été fait, il n’y aurait pas de TGV entre Nantes et Les Sables-d’Olonne. Ce jeudi 11 décembre, nous sommes là pour demander l’électrification entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle ».
Le responsable de la CGT déplore ensuite « la baisse permanente des emplois à la SNCF dans la Région : moins de 630 emplois depuis 2006 ». Il s’oppose aussi à la fermeture du dépôt de Thouars et des ateliers du Mans.
Une assistance des plus sages
Pendant ce temps-là, à quelques mètres de là, les reines des Sables d’Olonne attendent sagement l’arrivée du convoi officiel et le groupe bordelais O Zabumba assure l’animation devant l’entrée de la gare pour le plus grand plaisir des personnes présentes et notamment des élèves de CM1 et CM2 de l’école primaire Clemenceau des Sables d’Olonne.
Le geste symbolique des officiels
A midi pile, le TGV fait son entrée officielle en gare des Sables d’Olonne. Pdg de la SNCF, Guillaume Pépy, non dans la rame mais sur le quai, accueille les personnalités, aussitôt assaillies par une myriade de photographes et de journalistes. Quelques instants plus tard, Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat, chargé des Transports : Jacques Auxiette, président du Conseil régional des Pays de la Loire ; Philippe de Villiers, président du Conseil général de la Vendée ; les maires Louis Guédon et Pierre Regnault, respectivement présidents des communauté de communes des Olonnes et du pays yonnais ; Hubert du Mesnil, président de Réseau Ferré de France, et Guillaume Pepy, président de la SNCF, montent symboliquement sur une estrade, implantée devant la gare, pour procéder symboliquement à l’électrification de la ligne ferroviaire entre Paris-Montparnasse et Les Sables-d’Olonne via Nantes et La Roche-sur-Yon.
12 h 20, le TGV est officiellement arrivé aux Sables d’Olonne. La foule se disperse alors que les officiels et les journalistes montent à bord d’autocars. Direction le centre des Congrès des Atlantes pour les discours.

Les officiels ont symboliquement procédé à l'électrification de la ligne.
Les officiels ont symboliquement procédé à l'électrification de la ligne.

Jeudi 11 Décembre 2008
Guy-André Coquet
Lu 823 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017