Connectez-vous S'inscrire

Route du Rhum: allez Allessandro !

Des aurevoirs ensoleillés avant une entame musclée… Départ ce dimanche à 14h



Un tiers de la flotte a quitté les bassins malouins portée par la ferveur populaire . Les Class40 et les IMOCA éclusent depuis 4h15 . Météo musclée pour les trois premiers jours de course. Suivez la journée de départ de la Route du Rhum au plus près de la course avec Alessandro Di Benedetto et son équipe(Team Plastique-AFM Téléthon

Un tiers de la flotte (Multi50, Ultime et Classe Rhum) a quitté les bassins de Saint-Malo en début d’après-midi sous les tonnerres d’applaudissement d’une foule massée sur les quais, les remparts et autour de l’écluse. Demain à l’aube, ce sera au tour des IMOCA, des derniers monocoques Rhum et des Class40 de prendre le large. Le changement de décor sera radical pour le départ à 14 h de la 10e édition de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe : pluie et brise de secteur Sud-Ouest 15-18 nœuds avec rafales sous grains ! Les trois premiers jours de course s’annoncent toniques pour les 91 solitaires.

« C’est le dernier moment de partage » avouait Thomas Coville au moment de larguer les amarres de Sodebo Ultim’. « Les écluses font partie de la magie du Rhum » confiait le skipper d’Arkema Région Aquitaine, Lalou Roucayrol. 34 des 91 solitaires ont pu vivre cet après-midi la ferveur populaire au moment de s’engager dans le sas du Naye. Un dernier moment fort avant la solitude en mer durant 3 542 milles. Avant un début de course qui s’annonce plutôt viril. Il fallait bien qu’un jour ou l’autre, le régime anticyclonique qui a caractérisé ces dernières semaines d’octobre fasse place à une configuration automnale avec des dépressions atlantiques actives. C’est donc ce dimanche 2 novembre à 14h00 que la situation météorologique se dégrade progressivement sur les côtes bretonnes et il faut s’attendre à ce que la pluie soit aussi au rendez-vous juste après le coup de canon libérateur…

En milieu de nuit…

Météo Consult prévoit en effet le passage d’un front modérément actif en début d’après-midi dimanche avec un vent de secteur Sud-Sud Ouest de 15 à 18 nœuds avec des rafales jusqu’à 30-35 nœuds. Et la brise va basculer progressivement au Sud-Ouest puis à l’Ouest derrière cette barrière nuageuse en mollissant légèrement, mais toujours avec des grains : la dépression apporte en effet un flux d’air froid (T° = 13° à 16°C) et surtout instable ce qui se traduit par de grosses variations de vent. Au passage de la bouée du cap Fréhel, les leaders de la Classe Ultime pourraient la contourner à la bordée mais il n’en sera probablement pas de même pour le reste de la flotte car le vent va tourner défavorablement après le coup de canon.

Une fois cette marque de parcours parée, les solitaires auront plus de champ pour sortir de la Manche, essentiellement sur un long bord bâbord amures contre une brise de Sud-Ouest à Ouest moins soutenue et moins irrégulière. Mais sur les coups de minuit, un nouveau front plutôt actif va renforcer la brise de Sud-Ouest à 30 nœuds avec rafales à 40-45 nœuds sur une mer devenue chaotique… C’est l’un des moments forts de cette 10e Route du Rhum-Destination Guadeloupe car il faudra manœuvrer, réduire la toile, rester vigilant avec le trafic maritime de la pointe bretonne, barrer pour bien passer dans les vagues, et surtout ne rien casser !

Les plus grands multicoques devraient ensuite, dans la journée de lundi, retrouver un flux de Nord-Ouest pour une descente très rapide vers Madère qu’ils devraient atteindre mardi soir. Pour les IMOCA et les Multi50, les douze premières heures de lundi s’annoncent particulièrement intenses au passage de ce front musclé et il ne sera pas facile de trouver le bon tempo pour traverser le golfe de Gascogne dans cette mer très désordonnée : passage du cap Finisterre vers mardi matin.

Nettement moins véloces, les Class40 et la Classe Rhum vont aussi devoir faire le gros dos en ce lendemain de départ pour sortir de la Manche puis pour glisser vers le cap Finisterre qu’ils ne devraient déborder que mardi soir… Car la configuration météorologique est telle qu’il n’y a réellement qu’une seule route possible en ce début de course : traverser le front à la sortie de la Manche, puis foncer le plus rapidement possible vers Madère afin d’accrocher les alizés jusqu’aux Antilles. Un début de course qui privilégie la vitesse pure !

Ils ont dit

Thierry Braillard, secrétaire d’État chargé des Sports
« Je suis à Saint-Malo pour saluer une course qui fait partie du patrimoine sportif français. C’est une épreuve formidable et on me dit que le record devrait être battu avec une arrivée en moins de 7 jours. Derrière tout cela, il y a aussi l’économie du sport, puisque beaucoup de bateaux qui excellent sont de fabrication française. Que 91 bateaux soient au départ dans un contexte de crise, c’est déjà une très belle victoire. Bon vent à toutes - elles ne sont que quatre, c’est là mon seul petit regret - et à tous ! »

Jean-Pierre Champion, président de la Fédération Française de Voile :
« La Route du Rhum - Destination Guadeloupe est cette année encore un événement réussi. J'ai pu, une nouvelle fois, constater le dynamisme de tous les skippers, de leurs équipes et celui de l'organisation. En des temps économiquement difficiles, réunir 91 bateaux est un véritable succès et la preuve qu'avec du travail et de la détermination, il est possible de réussir de belles choses dans notre pays. Le partage de nos valeurs avec le grand public est un des points de réussite de cette épreuve, tout comme le professionnalisme des différents acteurs. Cet aspect transparaît aussi bien dans la mise au point et le développement des bateaux, dans la préparation des skippers, mais également au niveau de l'organisation à terre et sur l'eau. A tous, je leur souhaite une belle course qui, je ne doute pas, sera passionnante. »

Yann Guichard (Ultime) : SPINDRIFT 2
« On sait que les phases de départ sont critiques. Je sais que si je dois virer en catastrophe, ça ne se fera pas en deux minutes. Les 12 premières heures seront compliquées. On risque de devoir faire deux virements. La course ne va pas se gagner là, mais elle peut se perdre là. Après le virement en mer d’Iroise, ce sera tout sur un bord tribord pendant au moins deux jours et ça va accélérer. C’est l’état de la mer, du bateau et du bonhomme qui dicteront si on peut vraiment accélérer, mais c’est clair que ça va aller vite jusqu’au sud du Portugal. On marchera à 25/30 nœuds, voire plus, dès que la mer sera plus ordonnée. Ce sont finalement des conditions sympas avec cette route sud qui se profile. Ça aurait pu être bien pire ! Et c’est de bon augure pour les gros Ultimes. »

Loïck Peyron (Ultime) : MAXI SOLO BANQUE POPULAIRE VII
« Les départs, ce n’est jamais simple pour personne. En plus là, ce sera violent. Il y aura du vent, beaucoup de pluie : un vrai temps de marin ! Ça va dramatiser un peu les choses, on va rentrer dans le dur. Je serai content mercredi, quand le vent se sera calmé, quand on sera au soleil et que j’aurai fini les grosses manœuvres. Je pense que ce sera la première journée où on pourra se reposer un peu. Parce que les trois premiers jours seront musclés… enfin, plus musclés que moi, c’est sûr ! »

Jérémie Beyou (IMOCA) : MAÎTRE COQ
« En IMOCA, ce sont des conditions normales, mais il y aura quand même de bonnes rafales. Ce qui est compliqué, c’est le choix de voile. Il ne faut pas se tromper car la manœuvre est lourde… Sur la ligne, je ferai attention à faire les bonnes manœuvres au bon moment. Après, tu ne maîtrises pas tout : dans les autres classes, les bateaux ne réagissent pas de la même façon. Personne n’est à l’abri d’un marin qui regarde dans le fond de son bateau et pas le plan d’eau, le temps de quelques secondes. Mais je suis serein et j’ai hâte de rentrer dans le vif du sujet. »


Lalou Roucayrol (Multi50) : ARKEMA REGION AQUITAINE
« L’incontournable passage des écluses de la Route du Rhum, c’est magique ! Cette nuit, on laisse deux équipiers à bord, les bateaux seront au mouillage en face de Dinard. Du point de vue météo, c’est un vrai Rhum, un Rhum viril. Nous serons au près jusqu’au virage de Ouessant, ensuite la descente sera rapide avec un flux de nord, même si lundi sera une journée compliquée de transition. Après, ce sera un grand toboggan, mais avec des grains qu’il faudra gérer. On restera prudent au moins jusqu’à mercredi. Je suis ultra motivé, c’est mon troisième Rhum et c’est la première fois que je suis dans des conditions sereines au départ. »

Louis Duc (Class40) : ADVANCED ENERGIES CARAC
« Je m’apprête à rentrer dans le dur d’entrée de jeu, avec beaucoup de vent et beaucoup de mer. Il faudra faire gaffe à ne pas casser du matériel. On fera les premiers comptes lundi matin, mais j’espère très sincèrement que la flotte ne déplorera pas trop d’avaries à la sortie de la Manche. On partira sans doute sous deux ris-trinquette, mais on aura beaucoup de manœuvres et de changements de voiles à faire. Ces premières 24 heures seront très actives.»

Juliette Pétres (Class40) : EAU & PATRIMOINE
« A l’approche du départ, j’ai des hauts et des bas, des petites montées de stress que j’essaye d’évacuer du mieux possible. Mais ces quelques jours à Saint-Malo sont surtout très riches en émotions que je partage avec ma famille et six amis qui se plient en quatre pour moi. Ils s’occupent de mon avitaillement, de ma musique… Ils m’ont écrit des petits mots que je vais trouver chaque matin avec mon petit déjeuner. Je sais que les premières heures de course vont être dures, que je vais être malade, que je vais en baver, mais je vais tout faire pour vite attraper une porte de sommeil et engranger du repos dès le début. »

Christophe Souchaud (Classe Rhum) : RHUM SOLITAIRE-RHUM SOLIDAIRE
« Je suis le Petit Poucet de la Classe Rhum, avec un bateau de série de douze mètres (First 40.7). Je vais y aller tranquille ! Car la Route du Rhum n’est qu’une petite phase de ce projet, ce qui est le plus intéressant, c’est ce qu’il s’est passé avant et ce qui se passera après : je suis évidemment super content de participer à cette course, mais faire naviguer des personnes à mobilité réduite sur ce bateau, c’est génial ! On a fait des qualifications avec Handisport parce qu’il y avait énormément de demandes : une vingtaine de personnes est très motivée. C’est une belle histoire… »



Dimanche 2 Novembre 2014 - 07:36
Vendeeinfo

Lu 97 fois

Vendée Globe 2008-2009 | Tour de France à la voile 2009 | Solitaire du Figaro 2009 | Les Sables – Horta – Les Sables 2009 | La Transgascogne 2009 | La Solitaire du Chocolat 2009 | La Jacques Vabre 2009 | Vendée / Saint-Pétersbourg | La Coupe du monde de foot en Afrique du Sud | Les Sables - les Açores - les Sables 2010 | La Solitaire du Figaro 2010 | Le Tour de France 2011 | Le Tour de Vendée cycliste 2010 | Vendée Globe 2012 | Les Sables Horta Les Sables 2011 | Transgascogne 2011 | Triathlon Vendée | Football | Golf | La Solitaire du Figaro 2012 | Tennis | Rudby | Auto-Moto | Basket | Hand | Golf | Tour de France à la Voile 2012 | Voile | Vélo | Vendée-Globe 2016-2017