Connectez-vous S'inscrire

Maternité porcine de Poiroux : les opposants se mobilisent



Jean-Paul Ferrand (à droite) est intervenu lors du débat public sur les conséquences d’une maternité porcine sur la Commune du Poiroux
Jean-Paul Ferrand (à droite) est intervenu lors du débat public sur les conséquences d’une maternité porcine sur la Commune du Poiroux
Rien ne peut s’opposer au début des travaux après plusieurs années de procédures. « Cette usine à cochons met en danger la qualité des eaux et les activités locales » indiquent Jean Paul Ferrand et Yves Cauet membres de Talmondais 85 une association qui comme d’autres, L’Avigen (Association de vigilance environnementale), la Feve (Fédération écocitoyenne de Vendée pour la protection de l’environnement et du cadre de vie), l’association Terres et rivières militent contre ce projet. Une réunion publique de Talmondais 85 en décembre dernier avait déjà alerté le public sur ce projet qui entre dans sa phase active avec le branchement électrique réalisé en janvier sur le site « Village du Bois » Le chantier va débuter va d’ici peu. « Les cabanes et engins sont sur le chantier depuis le 25 janvier ». La maternité est située en tête de deux bassins versants, la Vertonne et le gué du Chatenay, qui l’un et l’autre aboutissent à la mer dans 2 zones « Natura 2 000 ». Le nombre d’animaux se compose de 8 verrats et 900 truies, nombre réel de 3 200 animaux, soit 12 000 équivalents humains. « Que fera-t-on du lisier ? » S’interrogent Jean Paul Ferrand et Yves Cauet. La solution retenue est l’épandage. « Pour ces 5 000 m3 de lisier, la surface nécessaire à l’épandage est de 450 ha. Le trafic routier sur des routes secondaires sera de 423 rotations de camions par an sur des axes déjà encombrées en été ». Le projet de porcherie industrielle lancé il y a cinq ans à Poiroux, avait été refusé en 2010 par le Préfet de l’époque, Jean-Jacques Brot, au vu de ses nuisances et de l’émoi des populations. Tous les élus, dont le Président du Conseil Général Philippe de Villiers, des experts et les habitants de l’arrière-littoral s’étaient prononcés, tous, contre. En 2014 la situation a bien changé. En août un deuxième permis de construire est délivrée par la mairie de Poiroux puis en octobre un référé suspension contre le permis de construire est initié par le Collectif. En novembre la requête en référé est déboutée puis le 18 novembre la requête sur le fond au Tribunal administratif est déposée pour abus de pouvoir.


Mardi 24 Février 2015
Vendeeinfo
Lu 623 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017



La justice vient d'autoriser les expulsions ce lundi 25 janvier à 14h30.

"L'évacuation peut commencer pour les exploitations agricoles" et pour les familles non concernées par le délai, a indiqué Pierre Gramaize, le juge de l'expropriation.

Le tribunal de grande instance de Nantes a décidé, lundi 25 janvier, de valider les expulsions des habitants et opposants historiques au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Un délai de deux mois a été prononcé pour huit des onze familles concernées par les expulsions, tandis que les exploitations agricoles et les trois autres familles sont expulsables immédiatement.
http://reporterre.net/Notre-Dame-des-Landes-le-tribunal-ordonne-l-expulsion-la-mobilisation-se

Vendeeinfo
25/01/2016

Les énergies renouvelables

Galerie
SOLO/DUO FIGARO LES SABLES 2010