Connectez-vous S'inscrire

Le massacre du pays talmondais continue

Bafouant la logique urbaine, la responsabilité environnementale, les décisions de justice, la municipalité et le Conseil général continuent les travaux du contournement de Talmont Saint Hilaire.



Une souillure déjà irréparable?

La stratégie des élus est on ne peut plus claire: poursuivre les travaux du contournement de Talmont Saint Hilaire aussi loin que possible en zone autorisée pour que devienne inéluctable la traversée de la zone protégée. Il ne s'agit de rien d'autre que d'un passage en force, un viol.Les contournements routiers d'agglomérations s'accompagnent inéluctablement de sacrifices environnementaux, parfois même de drames humains. Mais en l'occurrence, le tracé Nord du contournement aurait permis d'éviter le marais. Il aurait aussi permis un drainage des flux routiers en direction de La Roche sur Yon et des autoroutes. Les travaux auraient été moins coûteux et ne se seraient pas heurtés aux associations de défense de l'environnement. Ils auraient donc pu être achevés plus tôt.Le tracé Sud est une aberration sur le plan de la gestion de flux routiers: à titre d'exemple, les véhicules partant de la zone artisanale du Patis devra soit traverser Talmont pour rejoindre la Roche sur Yon en 32km, soit suivre le contournement et s'acquitter d'un trajet de 51km pour la même destination (informations site Via Michelin). Dans le premier cas, les nuisances dues au trafic dans le coeur de Talmont continueront, dans le second cas, le cadeau est une augmentation de la distance de 60%, qui plus est à vitesse plus élevée, pour un temps de parcours identique ou supérieur. Dans ces conditions, la quantité de CO2 rejetée dans l'atmosphère sera majorée de l'ordre de 80% au bas mot. Belle performance environnementale! Mais alors penserez vous, pourquoi le tracé Sud a-t-il été choisi? Et bien rendez vous sur le site de l'association Talmont Nord Sud (www.talmontnordsud.fr). On vous y expliquera que le tracé nord aurait disconvenu à 1 personne, ex élu local, que la proximité d'une route à 4 voies aurait fâchée.Pour éviter de froisser 1 personne influente au niveau local, on a initié le plus désastreux gâchis environnemental qu'on ait vu de longue date en Vendée, où pourtant les préoccupations écologiques ne sont pas prioritaires, c'est le moins qu'on puisse dire.

Jeudi 30 Septembre 2010
Laurent BONET
Lu 562 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017



La justice vient d'autoriser les expulsions ce lundi 25 janvier à 14h30.

"L'évacuation peut commencer pour les exploitations agricoles" et pour les familles non concernées par le délai, a indiqué Pierre Gramaize, le juge de l'expropriation.

Le tribunal de grande instance de Nantes a décidé, lundi 25 janvier, de valider les expulsions des habitants et opposants historiques au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Un délai de deux mois a été prononcé pour huit des onze familles concernées par les expulsions, tandis que les exploitations agricoles et les trois autres familles sont expulsables immédiatement.
http://reporterre.net/Notre-Dame-des-Landes-le-tribunal-ordonne-l-expulsion-la-mobilisation-se

Vendeeinfo
25/01/2016

Les énergies renouvelables

Galerie
SOLO/DUO FIGARO LES SABLES 2010