Connectez-vous S'inscrire
 





Le 15 janvier débutera l'enquête de recensement 2009

18.000 agents recenseurs interrogeront 9 millions d'habitants de 7.000 communes de moins de 10.000 habitants et 8% des habitants des 892 communes de 10.000 habitants et plus.Selon le tout dernier recensement, l'Hexagone compte plus de 63 millions d'habitants. Toutes les régions en ont gagné, sauf la Champagne-Ardenne. Ces chiffres vont servir au redécoupage électoral.




63.185.925 en 2006, contre 60.185.831 en 1999. La France continue de gagner de la population. Les chiffres du recensement publiés mercredi au Journal Officiel et paru dans Les Echos vendredi font état d'une hausse de plus de 5%, soit 3 millions d'habitants, en 7 ans.
Les régions gagnantes sont les littoraux atlantique et méditerranéen, tels que la Corse (+13%), le Languedoc-Roussillon (+10,4%), Midi-Pyrénées (+8,8%) et l'Aquitaine (+7,3%). Les moins bien loties sont le Nord-Pas-de-Calais (+0,5%), la Lorraine (+1,1%) et la Picardie (+1,9%). Une seule a vu sa population baisser : la Champagne-Ardenne (-0,3%).
Les grandes villes continuent également de tirer leur épingle du jeu, puisque leur population est en constante évolution. Paris passe notamment de 2.122.848 à 2.181.371 habitants. Le regain de la natalité, la construction de logements et le départ de personnes âgées vers la province pour leur retraite ce qui diminue la moyenne d'âge, et donc la mortalité, dans les grands villes- expliquent ce phénomène.
La raison de cette augmentation ? «Au niveau national, c'est l'accroissement naturel (ndlr : la différence entre le nombre de naissances et de décès) qui explique la hausse de la population» affirme Olivier Lefebvre, chef du département de la démographie de l'Insee. Avec un taux de natalité de 12,8% et une mortalité de 8,3%, la France fait en effet figure de bonne élève. «Au niveau régional, les composantes migratoires, c'est-à-dire les mouvements de population, sont à l'origine de ce phénomène» précise-t-il également. Une analyse plus complète des chiffres parus au Journal Officiel est prévue pour le 13 janvier par l'Insee.
Des chiffres clés. Ils sont très attendus par les maires surtout, qui peuvent voir leur dotation globale de fonctionnement fluctuer en fonction de ces résultats. Ces derniers ont des conséquences budgétaires importantes. En tout, près de 350 articles de loi ou de codes se réfèrent à une barrière démographique, comme par exemple pour la création d'aires d'accueil des gens du voyage, des 20% de logements sociaux imposés par la loi SRU, ou encore pour les modalités des élections municipales.
Ces chiffres serviront surtout au redécoupage électoral, promis par Nicolas Sarkozy. Les Echos rappellent que les départements auront un député par tranche de 125.000 habitants, avec un minimum de deux députés par départements, comme le veut la tradition républicaine.
C'est pourquoi la nouvelle méthode de calcul annualisée inquiète certains édiles. Avant 2004, le recensement se faisait tous les huit ou neuf ans. Désormais, il a lieu tous les ans afin de produire des chiffres sur la situation démographique française de façon régulière. Ainsi, dès le 15 janvier débutera l'enquête de recensement 2009, durant laquelle 18.000 agents recenseurs interrogeront 9 millions d'habitants de 7.000 communes de moins de 10.000 habitants et 8% des habitants des 892 communes de 10.000 habitants et plus. En clair, les enquêtes annuelles fonctionnent par roulement : par exemple, les communes de moins de 10.000 habitants sont réparties en cinq groupes, qui sont recensés une fois tous les cinq ans.
» Pour plus de renseignements, consultez le site l'Insee www.insee.fr

Lundi 5 Janvier 2009
Jean-Claude Raveneau
Lu 653 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017