Connectez-vous S'inscrire

Demain, les premières saveurs du Rhum !

Ils arrivent, ils arrivent les géants de cette Route du Rhum-La Banque Postale 2010 !



Demain, les premières saveurs du Rhum !
Bien lancé pour ne pas laisser s'échapper la saveur d'une victoire en solitaire qui se rapproche à grande vitesse des étraves de Groupama 3, Franck Cammas a entamé un duel au sommet avec Thomas Coville qui ne lâche évidemment rien à bord de Sodebo. Le rythme s'accélère à la veille du dénouement de cette édition de tous les superlatifs dans la catégorie Ultime. Pour tous les autres, la course redoubled'intensité dans des conditions météo sportives et complexes. Chez les Imoca, Roland Jourdain (Veolia Environnement) tient toujours solidement la corde. Le tenant du titre s'accroche dans la perspective de se laisser griser par
l'ivresse sportive d'un doublé. Une satisfaction que connaît Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou !) toujours aussi impérial sur les routes qui mènent à la victoire à la barre d'un Multi 50. Enfin, chez les Class 40, la course ne manque évidemment pas de punch. Des risquesde calmes au Nord, des zests d'alizés au Sud : le cocktail océanique n'a pas fini de se corser pour préserver le suspense jusqu'au bout. Les eaux de la Guadeloupe n'ont pas fini de vibrer au rythme et au ton des arrivées. Vive le
Rhum !

Ultime : Groupama 3 garde l'avantage
Ne pouvant contrôler tous ses adversaires en même temps, Franck Cammas s'est concentré sur Thomas Coville, laissant Francis Joyon tenter une option sud compliquée. Entre Groupama 3 et Sodebo, le match-race final est lancé. Franck Cammas marque son concurrent direct à la perfection. Le leader de cette 9e Route du Rhum est attendu en Guadeloupe lundi soir.

Franck Cammas (Groupama 3) : « Je ne suis pas trop stressé à l'idée d'arriver, c'est surtout que j'aurais préféré terminer avec une météo habituelle, même si le tour de l'île sera plus simple. Je regarde Thomas car il a la même route que moi, mais ça sert à rien de se poser des questions inutiles, on va se concentrer sur notre trajectoire à nous. »Thomas Coville (Sodebo) : « Je ne vais pas mollir, la situation complexe est presque une aubaine pour nous, je vais jouer cette carte là à fond ! En multicoque, tu peux très vite faire l'erreur fatale, mais ça s'est bien passé. C'est satisfaisant de voir qu'à force de naviguer, on progresse, on pousse le bateau plus loin et mieux. Et à chaque fois, je suis dans le match. »
Yann Guichard (Gitana 11) : « C'est un peu chaud par vent de travers avec de la mer. J'ai eu des grains violents. C'est hyper irrégulier. Je me suis fait surprendre par grain cette nuit, j'ai failli me mettre sur le toit. Le vent est monté à 43 noeuds, j'étais avec 2 ris et l'ORC. Ça risque d'être comme ça jusqu'à l'arrivée. Ça se mérite la Guadeloupe !"

Imoca : Bilou s'échappe, Riou s'accroche
Roland Jourdain (Veolia Environnement) ne cesse de creuser doucement l'écart depuis le passage du front il y a 48 heures. Le leader possède 76 milles d'avance sur Vincent Riou (PRB), suivi de près par Armel Le Cléac'h (Brit Air) et Marc Guillemot (Safran). Les conditions encore très sportives et humides,
propices aux sorties de piste involontaires, devraient se calmer dès la nuit prochaine. Un peu de répit pour des concurrents qui, en dehors de la première nuit, n'ont connu que des conditionsmusclées depuis le départ. Au sud, Michel Desjoyeaux (Foncia) et Arnaud Boissières (Akena Vérandas) ne cessent de perdre du terrain sur les leaders, à plus de 400 milles devant eux. A 1300 milles de l'arrivée, les premiers 60 pieds Imoca sont attendus jeudi en Guadeloupe.

Roland Jourdain (Veolia Environnement) : « Ca va bien, on n'a pas à se plaindre mais les conditions sont sportives, il y toujours du vent et de la mer, une grosse belle mer ! Disons que ce n'est pas très jojo, je suis à moitié trempé, pas rasé, ce n'est pas joli comme image de sportif, heureusement qu'il n'y pas
de webcam ! Il y a de la manoeuvre, toute la garde robe y est passé depuis hier.
»

Vincent Riou (PRB) : « La météo va être complexe pour la suite, donc il va falloir être intelligent pour trouver la pression, et arriver en Guadeloupe en utilisant le peu de vent qu'il y a autour de la dépression. Ce sont des belles parties de poker, ça me convient mieux. Je vais prendre du plaisir dans cette
partie compliquée. J'espère que par chance les 80 miles entre Bilou et moi vont diminuer. Il a bien navigué et il a été un peu plus vite que nous, mais il était dans une bonne dépression,je crois que c'est son truc ces conditions quand il faut allumer et fermer les yeux, contrairement à moi ! »

Partager


Dimanche 7 Novembre 2010 - 20:18
Vendeeinfo

Lu 414 fois

Economie | Politique | Sports | Loisirs | Sciences | Patrimoine | Culture | Médias | Enseignement | Environnement | Vie pratique | Emploi | International | Solidarité | Partenaires | Santé | Impôts | Justice | Voyage | Humeur | Société | Elections régionales | Présidentielles 2017